Recherchez sur ce site

Sommaire (edit)

Le cinéma

Liens

Développé grâce à: pmwiki.org

Changements Récents Version imprimable Edition

L'Arbre, le maire et la médiathèque est un film français réalisé par Éric Rohmer et sorti en 1993

Analyse

Julien Dechaumes est le maire socialiste de Saint-Juire-Champgillon , un charmant petit village de Vendée. Dans un but politique (les prochaines élections législatives), il essaie d’obtenir une subvention du Ministère de la Culture afin de doter son village d’une médiathèque. En compagnie de son amie de cœur, l’écrivaine parisienne Bérénice Beaurivage, il rend visite à son oncle, rédacteur en chef d’un magazine mensuel de gauche, afin d’obtenir son appui médiatique.

À cette occasion, Julien fait la connaissance de la journaliste Blandine Lenoir qui, séduite par sa démarche, décide de lui consacrer un article. Elle se rend à Saint-Juire pour interviewer les habitants et rencontre l'instituteur Marc Rossignol, violemment opposé au projet notamment à cause de l’abatage d’un magnifique arbre centenaire que la construction d’un tel bâtiment entraînerait.

Son texte est censuré in extremis par Régis Lebrun-Blondet, le directeur du journal, lui-même socialiste, qui veut mettre en avant l'instituteur écologiste au détriment de l'encombrant jeune maire. On peut noter au passage que le rôle de Régis est tenu par François-Marie Banier? qui fera parler de lui beaucoup plus tard pour ses liens avec Liliane Bettencourt.

Le ton monterait si les enfants ne s'en mêlaient : Zoé, fille de l'instituteur, devient l'amie de Véga, fille du maire, rencontre ce dernier et lui tient le discours du bon sens. Pour elle, l'avenir, c'est de construire des espaces verts... à la campagne. Et, comme le terrain choisi est déclaré impropre à la construction par un fonctionnaire parisien, le projet est abandonné, après quoi, au cours d'une fête champêtre, tous les protagonistes pourront tirer, en chantant, la morale de cette histoire.

Ce film est l'occasion de confronter la parole de l'homme politique, de la romancière, des journalistes, des enfants. Rohmer privilégie le politique. Même si le projet du maire n'aboutit pas, c'est un être positif qui pense agir pour le bien de tous. Le film comporte de très nombreuses notation sur les débats internes à la gauche française, en particulier les luttes internes de clans, les débats entre socialistes et écologistes intégristes.

Éric Rohmer sait bien capter l’air du temps et s’attache ici à suivre les pas d’un homme politique modeste et honnête, le maire socialiste Julien Dechaumes. Ce n’est pas un « battant », mais un gentilhomme campagnard plutôt décalé, pensant que le fait d’équiper son village d’une médiathèque est une idée innovatrice pouvant servir sa carrière.

Le petit cercle médiatique de gauche est plus vrai que nature. La journaliste Blandine Lenoir accomplissant consciencieusement son reportage est très crédible. On croit avoir déjà vu, au journal télévisé, un instituteur écolo en colère tel que l’incarne Fabrice Luchini. Mais la palme revient sans doute au portrait de la mondaine et très parisienne écrivaine Bérénice Beaurivage qu’en fait Arielle Dombasle, inénarrable en bobo déplacée à la campagne, allant de surprise en surprise, découvrant comment pousse la salade (à la ville, elle ne la connaît qu’en pièces détachées ensachées) ou étonnée par les vaches étiquetées en observant que la nº 425 « prend mieux » la feuille de laitue que la nº 426.

Pour Claude-Marie Trémois : " Le cinéma politique selon Rohmer est un peu spécial. Ne comptez pas sur lui pour vous dicter votre vote. Qui a raison : le maire socialiste d'un village vendéen, qui veut construire une médiathèque dans un pré, ou l'instituteur écolo, qui veut sauver un saule centenaire ? Rohmer applique au politique la méthode de dissection qu'il réservait jusqu'ici aux sentiments amoureux. Et continue d'étudier le rôle des hasards. Ici, il y en a sept... dont on n'est même pas sûr qu'ils déterminent vraiment le dénouement. De quoi discuter à perdre haleine..."

Distribution

  • Pascal Greggory : Julien Dechaumes
  • Arielle Dombasle : Bérénice Beaurivage
  • Fabrice Luchini : Marc Rossignol, l’instituteur
  • Clémentine Amouroux : Blandine Lenoir
  • François-Marie Banier : Régis Lebrun-Blondet
  • Michel Jaouen : Antoine Pergola
  • Jean Parvulesco : Jean Walter
  • Françoise Etchegaray : Madame Rossignol
  • Galaxie Barbouth : Zoé Rossignol
  • Jessica Schwing : Véra Dechaumes
  • Raymonde Farau : la secrétaire
  • Manuella Hesse : la jeune fille au pair

Fiche technique

  • Titre : L'Arbre, le maire et la médiathèque
  • Réalisation : Éric Rohmer
  • Scénario : Éric Rohmer
  • Dialogues : Éric Rohmer
  • Musique : Sébastien Erms
  • Chanson interprétée par Arielle Dombasle
  • Directeur de la photographie : Didier Baratier
  • Ingénieur du son : Pascal Ribier
  • Monteuse : Mary Stephen
  • Pays d’origine : France
  • Date de tournage : 1992
  • Tournage extérieur : Saint-Juire-Champgillon en Vendée
  • Producteur délégué : Françoise Etchegaray
  • Société de production : La Compagnie Éric Rohmer (France)
  • Distributeur : Les Films du Losange
  • Durée : 105 minutes (1 h 45 mn)
  • Date de sortie : 10 février 1993 en France

Source: Wikiafilm

Reproduction possible des textes sans altération, ni usage commercial avec mention de l'origine. .88x31.png Credit auteur : Ann.Ledoux