Recherchez sur ce site

Sommaire (edit)

Le cinéma

Liens

Développé grâce à: pmwiki.org

Changements Récents Version imprimable Edition

Quand une femme monte l'escalier (女が階段を上る時 Onna ga kaidan wo agaru toki), film japonais de Mikio Naruse, sorti en 1960

Analyse critique

Keiko, une hôtesse de bar, d'un certain âge, travaille dans un petit établissement du quartier de Kabuki-chô à Tokyo. Le bar , comme beaucoup dans ce quartier, occupe le premier étage d'une maison étroite et ne peut accueillir qu'une dizaine de clients, souvent des habitués. Elle doit jongler entre ses dettes, les clients qui cherchent à la monopoliser, sans avoir l'intention de l'épouser .

Tout le monde l’appelle « Maman », mais Keiko n'aime pas son métier, et, pour le quitter, hésite entre ouvrir son propre bar ou se marier. Mais la fidélité au souvenir de son époux, mort cinq ans plus tôt, l’empêche de donner suite à certaines propositions de ses nombreux soupirants. Souvent d'ailleurs, ils ne sont pas sincères, pas libres, comme ce riche cadre dans l'industrie, en apparence généreux et qui propose de financer une partie de l'achat du bar. Mais il est marié et doit déménager de Tokyo à Osaka.

L’ escalier du titre est celui, étroit, raide et sombre, que Keiko doit chaque soir emprunter pour rejoindre son bar et le monde de la nuit. Un symbole de son asservissement aux désirs des autres, de sa solitude, mais aussi de son aspiration à une autre vie, car la jeune femme, en héroïne typique du cinéma de Naruse , rêve encore au bonheur, envers et contre tous. Le cinéaste n’est pourtant pas tendre avec son personnage, lui infligeant une succession de petits tracas et de grands malheurs, de faux espoirs et de vraies désillusions avec une accumulation presque mécanique qui vire à l’ironie, voire au sadisme.

Ce mélodrame acide, œuvre un peu tardive dans la filmographie de Naruse, vaut pour la formidable composition de Hideko Takamine. Face à ses clients et à ses proches indélicats, Keiko affiche en permanence un sourire aussi doux qu’impersonnel. La subtilité avec laquelle son interprète rompt petit à petit ce masque pour laisser exprimer son incompréhension, sa colère et, surtout, son désespoir est la marque des très grandes actrices.

Distribution

  • Hideko Takamine? : Keiko Yashiro
  • Masayuki Mori : Nobuhiko Fujisaki
  • Reiko Dan : Junko Inchihashi
  • Tatsuya Nakadai : Kenichi Komatsu
  • Daisuke Katō : Matsukichi Sekine
  • Ganjirō Nakamura : Goda

Fiche technique

  • Titre original : Onna ga kaidan wo agaru toki (女が階段を上る時)
  • Réalisation : Mikio Naruse
  • Scénario : Ryūzō Kikushima
  • Photographie : Masao Tamai
  • Musique : Toshiro Mayuzumi
  • Durée : 111 minutes
  • Date de sortie : 1960
Reproduction possible des textes sans altération, ni usage commercial avec mention de l'origine. .88x31.png Credit auteur : Ann.Ledoux