À l'origine

De Cinéann.

À l'origine, film français de Xavier Giannoli sorti en 2009

Analyse critique

Le film est adapté d'un fait divers réel qui a eu lieu à Saint-Marceau dans la Sarthe, à proximité du Mans, en 1997, où le chantier de l'autoroute A28 était arrêté à la suite de la découverte d'une espèce de scarabée protégée. L'escroc Philippe Berre se fait alors passer pour un entrepreneur chargé de reprendre les travaux et parvient à engager des ouvriers. Il finit par être arrêté et condamné à 5 ans de prison avant de récidiver à plusieurs reprises dans les années 2000, en particulier à Charron après la tempête Xynthia. Afin de réaliser son film au mieux, le réalisateur a fait appel à Laurent Leguevaque, ancien juge d'instruction du Mans alors chargé de l'affaire, qui joue son propre rôle à la fin du film.

Paul est un escroc, ex-taulard, qui vit d'abus de confiance et de petites combines sous la fausse identité de Philippe Miller. À la suite d'une méprise, il est pris pour un cadre d'une multinationale de travaux publics, la CGI, et est accueilli comme le messie susceptible de relancer le chantier local d'un tronçon d'autoroute (A61bis) arrêté depuis deux ans près d'une petite ville du nord de la France frappée durement par le chômage. Ce chantier d'autoroute avait été abandonné sur décision administrative à cause de la présence, sur le tracé de la voie, d'une espèce de scarabée extrêmement rare et en voie d'extinction, le pique-prune.

Miller se voit proposer des pots-de-vin de la part des entrepreneurs locaux pour l'attribution des marchés et décide de continuer la supercherie à son bénéfice. Avec l'aide de la municipalité et de la population locale, il réussit à relancer les travaux en prenant la tête d'une filiale fictive du grand groupe, la GMT-R, et fait ainsi renaître l'espoir parmi la population désœuvrée. Peu à peu, sa machination le dépasse. Pris d'affection pour la population et amoureux de la maire de la commune, il décide de pousser la mystification jusqu'au bout. Il doit alors lutter pour trouver l'argent afin de mener les travaux, honorer certaines factures et payer les salaires des ouvriers en escroquant certains fournisseurs ainsi que l'agence locale d'une banque. D'inévitables problèmes de trésorerie et le retour d'un ancien complice essayant de le faire chanter vont semer le doute dans la population.

Poussé dans ses ultimes retranchements et ne voulant finalement pas renoncer à cette réalisation qui donne enfin un sens à sa vie, Paul décide d'utiliser l'ensemble de l'argent liquide qu'il a reçu en pots-de-vin pour parer au plus pressé. Constatant de nombreuses irrégularités dans sa gestion, ses fournisseurs découvrent que le groupe CGI, dont la société GMT-R est censée être une filiale, n'est au courant de rien. Miller réussit à convaincre les ouvriers d’achever le tronçon d'autoroute, puis il part pour Paris demander au groupe de BTP la clémence pour son équipe, avant de se laisser arrêter par la gendarmerie.

Xavier Giannoli réalise un film sec, palpitant et cruel. Incarné par François Cluzet avec une trouble ferveur, son antihéros n'est, au départ, qu'un prédateur à la petite semaine. Mais, peu à peu, il entrevoit d'autres bénéfices que ceux de l'argent. Il crée des emplois, s'attache à ses « victimes », s'acharne à sauver le chantier. Cette sorte de rédemption par l'escroquerie n'emprunte pas pour autant le chemin du repentir. La plongée est plus vertigineuse car l'imposteur finit par se duper lui-même, presque jusqu'à la folie.

L'enjeu et l'intérêt du film, qui sera nommé pour les César, c'est le lien social que Paul fait naître. Tous semblent happés par le même rêve, la femme qu'il aime, les jeunes gens qu'il emploie, une communauté entière, que le film fait vibrer avec justesse. L'histoire c'est aussi une fable étonnante sur le retour d'un élan collectif, d'une forme de solidarité perdue, même au prix d'une escroquerie. Dans le vrai fait divers, d'ailleurs, très peu de personnes éprouveront du ressentiment pour l'escroc.

Distribution

Fiche technique

  • Réalisation : Xavier Giannoli
  • Scénario : Xavier Giannoli et Marcia Romano
  • Production : Pierre-Ange Le Pogam et Edouard Weil
  • Musique originale : Cliff Martinez
  • Photographie : Glynn Speeckaert
  • Montage : Célia Lafitedupont
  • Sociétés de production : Rectangle Production, EuropaCorp, France 3 Cinéma et Studio 37
  • Durée : 130 minutes
  • Dates de sortie : 21 mai 2009 (Sélection officielle Festival de Cannes 2009)
    • 11 novembre 2009 (France)
  • César du cinéma 2010 : César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Emmanuelle Devos, et 10 autres nominations dont César du meilleur film


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB


alorigine.jpg
Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique