21 nuits avec Pattie

De Cinéann.

21 nuits avec Pattie , film français de Arnaud et Jean-Marie Larrieu, sorti en 2015

Analyse critique

L’histoire se déroule dans la montagne noire de l’Aude, propice aux croyances et événements surnaturels, comme, paraît-il, souvent lors de la fête de la Vierge du 15 août. De fait le corps de Zaza, la mère juste décédée de Caroline, disparaît puis réapparaît tout aussi mystérieusement. S’ensuivront des péripéties pour retrouver le corps avant les funérailles et démasquer les coupables. Le responsable est-il ce nécrophile recherché par la gendarmerie ? Est-ce Jean, improbable JMG Le Clézio ou Kamil le fils de Pattie? A moins qu’il n’y ait pas d’explications plausibles ?

Caroline est une prude citadine chez qui le désir s'est évanoui, bien que toujours amoureuse de son mari. Elle fait la connaissance de Pattie, femme de ménage et amie de sa mère, qu'elle a peu connue. Pattie s’assume totalement en fieffée coquine, entreprenant de lui raconter ses coucheries avec tous les détails et des mots très crûs. Les frères Larrieu se sont délectés à offrir à Karin Viard ce langage outrancier, tout en étant beaucoup plus réservés sur les images, toujours décentes.

Les Larrieu reviennent dans leurs chères montagnes du Sud-Ouest pour continuer d'explorer leur trinité païenne : la nature, le sexe, la mort. Cette fois, ils choisissent la forme de la fable onirique, avec un joli retour aux sources du cinéma fantastique, un fantôme danse, en transparence sur l'écran, et c'est dans une forêt de conte de fées qu'un orage, libérateur, finit par éclater. Les Larrieu filme une nature parfaitement magique, et leur douce lumière auréole Isabelle Carré telle une Alice au pays des merveilles. Ce qui ne les empêche pas de rester de sacrés paillards. Le personnage dionysiaque composé par Denis Lavant sorti tout droit d'Holy Motors en est l'exemple le plus drôle.

Les cinéastes confient à André Dussollier le soin de lier fortement Eros à Thanatos, rien de mieux que sa voix magnétique pour jouer avec le tabou de la nécrophilie. Ce voyage aux confins du désir féminin est surtout un éloge de la parole, qu'elle soit littéraire ou triviale; les Larrieu en font la deuxième clé du bonheur, après la nature. « La beauté de la vie, l'énergie de la vie ne sont pas de l'esprit, mais de la matière », écrit J.M.G. Le Clézio dans L'Extase matérielle, l'essai que les cinéastes déposent au chevet de Caroline.

Distribution

  • Karin Viard : Pattie
  • Sergi López : Manuel Montez, le mari de Caroline
  • Isabelle Carré : Caroline Montez
  • Denis Lavant : André
  • André Dussollier : J. M. G. Le Clézio / Jean
  • Philippe Rebbot : Jean-Marc
  • Laurent Poitrenaux : Pierre, le capitaine de gendarmerie
  • Mathilde Monnier : Isabelle, dite « Zaza », la mère de Caroline

Fiche technique

  • Réalisation : Arnaud et Jean-Marie Larrieu
  • Scénario : Arnaud et Jean-Marie Larrieu, Antoine Jaccoud
  • Photographie : Yannick Ressigeac
  • Montage : Annette Dutertre
  • Production : Aréna Films - Pyramides Productions
  • Durée : 115 minutes
  • Dates de sortie : 28 août 2015 (festival du film francophone d'Angoulême) ; 25 novembre 2015 (sortie nationale)
pattie.jpg
Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique