Chocolat (1988)

De Cinéann.

Chocolat , film français de Claire Denis, sorti en 1988

Analyse critique

France retourne au Cameroun où elle a grandi lorsqu'elle était enfant et se remémore cette période 20 ans après. Son père, commandant d'un poste de gouverneur à Mindif, dans le nord du pays, tente tant bien que mal d'organiser la présence coloniale française. Sa jeune femme vit plus difficilement l'Afrique, notamment ses tâches de maîtresse de maison, bien qu'elle soit aidée par Protée, un « boy » instruit et intelligent qui souffre en silence de la situation de son peuple. France, leur fille de cinq ans, très proche de Protée, observe avec sensibilité le pays et les hommes qui changent : tensions et désirs dans une Afrique qui vit ses derniers moments de colonialisme.

Cette première œuvre s'impose à Claire Denis lors d'un voyage au Sénégal lors duquel, malgré et en raison de son enfance passée en Afrique, elle ne se sent plus appartenir à ce continent dans le regard des habitants locaux. De retour à Marseille, troublée par cet état de fait, elle travaille sur le scénario de son premier film en collaboration avec l'écrivain Jean-Pol Fargeau, qui lui apporte le point de vue du dramaturge.

Le film est une plongée dans l'Afrique des colonies françaises du début des années 1960. La jeune femme d'aujourd'hui est redevenue France, une toute petite fille trimbalée par ses parents qui rejoignent un poste de brousse. Son père, Marc Dalens, est l'administrateur. Aux côtés de l'enfant, le géant Protée, homme noir qui sert de boy à la famille. Il y a tout de suite entre eux une petite scène gastronomique, la petite France mange les tartines de son goûter et Protée les pimente d'une poignée de fourmis qu'il a capturées sur la piste; elle dévore goulûment.

Cette description de deux personnages contrastés est complétée par une galerie de figures typiques; Aimée, la mère de France, jeune femme blanche que l'Afrique noire rend physiquement nerveuse; Marc, son mari, fonctionnaire sincère de l'Empire français, colonialiste humaniste. Son inverse funeste est un planteur de tabac, alcoolique en voyage au bout de la nuit et casseur de Nègres. Et aussi un couple de jeunes mariés naïfs en pleine maldonne affective; deux missionnaires protestants, avec harmonium, eux aussi malades d'incongruité; un pilote d'avion en pleine nostalgie de Saint-Exupery et enfin un routard se prenant pour Rimbaud et qui mime la coutume indigène.

On imagine sans peine la part fortement autobiographique du film. Il est facile de s'attacher au seul couple de la petite fille et de l'homme noir. C'est un duo physique et quasi muet qui justement arrête la littérature et excède la biographie privée. Il y a entre eux deux un vrai miracle d'acteur: Isaac de Bankolé, qu'on avait un peu hâtivement programmé dans le rôle douteux du noir positif et rieur et qui se referme ici comme une énigme magnifique. Placide, minéral, mais dont les réveils sont d'autant plus explosifs comme dans la scène de violence convulsive où, littéralement, il remet à sa place sa patronne blanche, ou encore sa rage blessée quand il réalise qu'on l'a vu nu sous la douche. En face de lui, la petite France qui, par mimétisme hypnotique, se prend elle aussi à se barricader à l'intérieur de son âme. Tous deux comme un seul organisme, incompréhensible et absent, comme on dit d'un enfant avec jalousie qu'il est un enfant renfermé.

Distribution

  • François Cluzet : commandant Marc Dalens
  • Giulia Boschi : Aimée Dalens
  • Isaac de Bankolé : Protée
  • Cécile Ducasse : France (enfant)
  • Mireille Perrier : France (adulte)
  • Jacques Denis : Joseph Delpich
  • Didier Flamand : capitaine Védrine

Fiche technique

  • Réalisation : Claire Denis
  • Assistant réalisateur : Luc Goldenberg
  • Scénario : Claire Denis, Jean-Pol Fargeau
  • Image : Robert Alazraki
  • Musique originale : Abdullah Ibrahim
  • Montage : Claudine Merlin
  • Producteur : Alain Belmondo, Gérard Crosnier
  • Durée : 105 min
  • Date de sortie : 18 mai 1988 (Festival de Cannes)
  • Distinctions : présenté en compétition officielle pour la Palme d'or et nommé pour le César du meilleur premier film
chocolat88.jpg
Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique