Docteur Jivago

De Cinéann.

Le Docteur Jivago (Doctor Zhivago) film anglo-américain réalisé par David Lean, sorti en 1965.

Analyse critique

Le film commence dans les années 1950 près d'un barrage hydroélectrique ; le général Ievgrav Jivago recherche une jeune femme, qu'il pense être la fille de son demi-frère Youri Jivago et de Lara Antipova.

Orphelin, Youri Jivago a été adopté par la famille Gromeko. Devenu médecin et époux de Tonya, la fille de ses parents adoptifs, Youri rencontre Lara, jeune femme tiraillée entre son ami Pasha, révolutionnaire idéaliste et l'amant de sa mère, le brutal Komarovsky. Ce dernier violente Lara lorsqu'elle décide d'épouser Pasha : au cours d'une réception, Lara tire sur son agresseur, le manque et échappe à la police grâce à Pasha.

La guerre de 1914-1918 fait rage. Sur le front, Jivago, retrouve Lara, infirmière, à la recherche de Pasha disparu. De retour auprès des siens à Moscou, où la révolution bolchevique a éclaté, Jivago, dont les poèmes publiés naguère ont déplu au nouveau pouvoir, prépare son exil. En route, il est arrêté par un général qui, sous le nom de Strelnikov, fait régner la terreur, c'est en réalité Pasha, qui le reconnaît et le relâche.

Avec Tonia, son fils et son beau-père, Jivago s'installe dans un village de l'Oural. La vie s'y écoule paisible jusqu'au jour où Yuri retrouve Lara dans une bourgade voisine et devient son amant. Enrôlé de force comme médecin, par des partisans, Jivago est séparé de sa famille et de Lara. Libéré, il apprend que Tonya est repartie à Moscou, alors il va partager sa vie avec Lara. Komarovsky réapparaît et apprend à Lara que Pasha a été exécuté et que le nouveau pouvoir les recherche, elle et Jivago. Lara s'enfuit pour sauver l'enfant qu'elle attend.

Quant à Jivago, il meurt d'une crise cardiaque, quelques années plus tard, en poursuivant dans les rues de Moscou une silhouette qui ressemble à Lara. C'est en lui racontant cette tragique histoire que Yevgraf, demi frère de Jivago, a révélé à une jeune fille abandonnée qu'elle était l'enfant de Youri et de Lara.

En 1963, l’agent de David Lean lui suggère de lire un roman russe de plus de cinq cents pages, Le Docteur Jivago de Boris Pasternak. Le roman avait été interdit en Union Soviétique, mais il était vite devenu un classique de la littérature contemporaine et un succès de librairie traduit dans plusieurs langues, tandis que Pasternak recevait le Prix Nobel de littérature en 1958.

Lean se passionne pour cette histoire d’amour dans la tourmente de la révolution bolchévique et décide d’en faire son prochain film. L’adaptation est épineuse et Lean s’offre une nouvelle fois les services de Robert Bolt, satisfait de leur collaboration sur le scénario de Lawrence d’Arabie. Le Docteur Jivago est produit pour la MGM par l’Italien Carlo Ponti, qui avait acquis les droits du roman en espérant confier le rôle de Lara, le grand amour de Jivago, à son épouse Sophia Loren. Jane Fonda et Yvette Mimieux sont aussi envisagées. Le choix de Lean se porte sur une débutante de vingt-quatre ans, la comédienne britannique Julie Christie qui n’a tenu que quelques petites rôles.

La MGM souhaitait que Paul Newman incarne Jivago. Après avoir pensé à Peter O’Toole, David Lean opte pour Omar Sharif, qu’il a déjà dirigé dans Lawrence d’Arabie. Certaines personnes sont surprises qu’on pense à un acteur Egyptien pour jouer un Russe,ce qui crée un décalage pas toujours heureux.

Le film est boudé par une partie de la critique qui le trouve kitsch, démodé et aux antipodes des transformations et des révolutions que connaît le cinéma au milieu des années 60, avec les nouveaux auteurs de la Nouvelle Vague française ou du « free cinema » britannique. Cela n’empêchera pas le film d’être un triomphe public mondial et de remporter 5 Oscars.

La première partie brosse avec un talent certains les bouleversements politiques de la Russie durant toute la première partie du 20ème siècle. Sachant mieux que quiconque brosser le portrait de personnages perdus en plein coeur d’un événement historique, David Lean parvient à emporter le spectateur dans un tourbillon de sentiments contradictoires. Ainsi, comme souvent chez lui, les relations entre les personnages ne sont jamais simples et débouchent sur des ambiguïtés, voire même des perversités. La relation entre Rod Steiger et Julie Christie, entièrement faite de soumission, de fascination et de répulsion, ne peut laisser indifférent.

La vision, même un peu simpliste, de la Révolution russe est traversée par une absence de manichéisme qui en fait tout le prix : si l’on sent une véritable empathie des auteurs pour le phénomène de révolution prolétaire, ils n’en décrivent pas moins avec férocité les dérives, historiquement démontrées, du régime totalitaire qui se met alors en place. Le tout est sublimé par une réalisation ambitieuse, des mouvements de caméras amples fondés sur le plan-séquence et de formidables trouvailles narratives comme le massacre des Bolcheviks vu dans les yeux d’Omar Sharif.

Par contre la deuxième partie, plus romantique, n'évite pas les clichés à peine atténués par une réalisation bien léchée. Le palais de glace dans lequel se réfugient les deux protagonistes principaux, n’est qu’un élément kitsch parmi d’autres. Les auteurs en oublient la grande histoire pour se concentrer sur une histoire d’amour adultère assez ordinaire. De plus, certaines coupes, inévitables, vu la densité du roman effectuées dans la narration se sentent un peu trop et déséquilibrent le film.

Malgré ces imperfections, Le docteur Jivago demeure un incontournable du cinéma des années 60. Maniant l'ampleur épique et le raffinement psychologique, le film obtient un immense succès (5 oscars). Il demeure célèbre pour la splendeur des décors et des costumes, ainsi que pour la mélodie et la musique d'accompagnement de Maurice Jarre. Seul le romantisme de la fin peut semblé vieilli.

Distribution

  • Omar Sharif  : Docteur Youri Jivago
  • Julie Christie : Larissa "Lara" Antipova
  • Geraldine Chaplin  : Tonia Jivago
  • Rod Steiger  : Victor Komarovsky
  • Alec Guinness  : Général Yevgraf Jivago (demi-frère)
  • Tom Courtenay  : Pavel "Pasha" Antipov/ Strelnikov
  • Siobhan McKenna : Anna
  • Ralph Richardson  : Alexandre Gromeko
  • Rita Tushingham  : la fille
  • Klaus Kinski  : Kostoyed Amourski (l'anarchiste dans le train)
  • Geoffrey Keen ) : Le médecin professeur
  • Lucy Westmore : Katya

Fiche technique

  • Titre original : Doctor Zhivago
  • Réalisation : David Lean
  • Scénario : Robert Bolt, d'après le roman homonyme de Boris Pasternak
  • Production : David Lean, Carlo Ponti
  • Musique : Maurice Jarre
  • Photographie : Frederick A. Young
  • Montage : Norman Savage
  • Durée : 192 minutes
  • Date de sortie : 22 décembre 1965

Récompenses

  • Docteur Jivago a remporté cinq Oscars en 1966 :
    • Oscar du meilleur scénario adapté : Robert Bolt
    • Oscar de la meilleure création de costumes
    • Oscar de la meilleure direction artistique
    • Oscar de la meilleure musique de film : Maurice Jarre
    • Oscar de la meilleure photographie: Freddie Young
  • Il a été nommé pour cinq autres trophées la même année


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

 

jivago9.jpg

Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique