Le Péril jeune

De Cinéann.

Le Péril jeune est un film français de Cédric Klapisch sorti en 1995.

Analyse

On entre dans Le Péril jeune en coup de vent. Avec la course un peu folle de lycéens qu'on ne connait pas encore, à travers escaliers et couloirs, au rythme d'un boogie du groupe Ten Years After.

Le ton du film est donné : c'est celui du mouvement. « Ils sont partout, les jeunes. C'est le péril jeune », gémit une brave commerçante. Et, partout où ils vont, la caméra de Cédric Klapisch les suit allègrement. Quand elle s'arrête sur leurs visages, c'est dans la demi-pénombre d'une salle d'attente.

Ce film retrace les retrouvailles de quatre amis de lycée. Ils se retrouvent à l'hôpital pour l'accouchement de la femme de celui qui fut le cinquième de la bande et qui est mort quelques semaines plus tôt d'une overdose.

C'est l'occasion pour eux de se remémorer les souvenirs des années de lycée, sur fond de révolte étudiante, de drogues, d'amour et de rock.

Dix ans après leur terminale, voici Léon, Bruno, Momo, Chabert. Quatre garçons chahuteurs devenus quatre hommes, jeunes encore, mais que la vie déjà grisaille, le cheveu plus sage, la tenue plus stricte.

Au fil des conversations qui se renouent, le mouvement des souvenirs se confond avec celui de la vie. Les regards se rallument, des secrets se libèrent, anecdotiques ou révélateurs. Bruno, le guitariste à l'air endormi ; Léon, l'apprenti gauchiste ; Chabert, grande gigue de sportif ; et le gentil Momo, fils de boulanger. Ce sont des archétypes, ils existent et nous sont tout de suite familiers.

Klapisch a choisi, pour nous les montrer, la bonne distance : entre le recul de l'observateur et la proximité du camarade. Avec lui, et sans forcément s'attacher à l'un plutôt qu'à l'autre, on est parmi eux. Car c'est l'histoire d'un groupe. Un groupe disparate, sans raison sociale ni même musicale, et qui, pourtant, fait penser à un groupe de rock.

Ce groupe s'est dispersé tout bêtement par le bac, autant qu'à cause des filles et des drogues. Mais que le groupe se reforme autour de l'absence du cinquième, et voici que renaissent entre eux ces rapports à la fois purs et complexes, que leur revient cette manie, mi-blagueuse, mi-sérieuse, d'être en rupture.

En 1975, la politisation des lycéens commence à faire long feu. L'ardeur militante ne se réchauffe plus qu'au petit bois de réformes à peine proposées, déjà retirées. L'esprit Charlie Hebdo fait école. Et les hippies font encore la loi chez les branchés du moment ­ plus pour très longtemps. Tout cela, on le voit dans Le Péril jeune.

L'assistante d'anglais, Barbara, vit dans un squat enfumé aux tentures bariolées. Le cafetier râleur est un « beauf » de Cabu plus vrai que nature. Et si la prof de philo ressemble encore à une prof de maths, le prof de maths, lui, a des airs de psychiatre.

Chaque génération se regarde à sa manière. Il manquait jusqu'ici à celle de Cédric Klapisch, trop souvent coincée dans ses tics narcissiques, une image élargie, mais où toutes les nuances soient justes ; un récit où tragique et comique vont de pair, comme dans la vie : un film où l'on est happé par la dynamique du groupe, mais où, en chacun, un petit détail nous touche.

Ce film est dans la meilleure veine du « film de copains » (Nous nous sommes tant aimés, d'Ettore Scola, , Mes meilleurs copains, de Poiré, etc). Au détour des aventures plutôt terre à terre des cinq zozos, de conseil de classe en terrasse de café, de partie de flipper en flirt foireux, vient se glisser, finalement, l'histoire de la Jeunesse.

Cette histoire de la jeunesse est triste, parce que quatre hommes l'ont trahie. Elle est drôle parce que ceux-là sont comme tout un chacun, ce sont des traîtres ordinaires, maladroits, bref, humains. C'est une histoire drôle parce que Cédric Klapisch, qui s'était déjà bien amusé à bricoler le puzzle de Riens du tout, ne peut pas s'empêcher de se marrer en la racontant.

Periljeune.jpg

Distribution

  • Romain Duris : Tomasi
  • Vincent Elbaz : Alain Chabert
  • Nicolas Koretzky : Maurice « Momo » Zareba
  • Julien Lambroschini : Bruno
  • Joachim Lombard : Léon Rouvel
  • Julie-Anne Rauth : Marie
  • Hélène de Fougerolles : Christine
  • Élodie Bouchez : Sophie
  • Lisa Faulkner : Barbara
  • Jackie Berroyer : Jo

Fiche technique

  • Titre : Le Péril jeune
  • Réalisation : Cédric Klapisch
  • Scénario : Cédric Klapisch, Santiago Amigorena, Alexis Galmot, Daniel Thieux
  • Image : Dominique Colin
  • Montage : Francine Sandberg
  • Film français
  • Durée : 101 minutes
  • Date de sortie : 11 janvier 1995


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB


Cette page utilise tout ou partie du contenu de fr.film.wikia. L'original de l'article est à Le_Péril_jeune . La liste des auteurs se trouve dans historique. Le texte de cette page tout comme celui-ci est disponible sous GNU Free Documentation License.
Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique