Les Amants passionnés

De Cinéann.

Les Amants passionnés film britannique de David Lean, sorti en 1949.

Analyse critique

Mary Justin femme d'un banquier richissime est lors de la première nuit d'un séjour en Suisse assaillie par les souvenirs d'un amour oublié avec Steven Stratton, le hasard faisant que ce dernier vient d'emménager dans la chambre voisine du même hôtel. Une narration en flash-back successifs s'amorce.

En 1939, au bal des Arts de Chelsea, Mary, mariée au financier Howard Justin plus âgé qu'elle, rencontre Steven Stratton qu'elle aima dans sa jeunesse. Steven l'aime toujours mais Mary préfère rompre plutôt que de quitter son mari et la sécurité qu'il lui offre.

Neuf ans plus tard, Mary et Steven se retrouvent fortuitement dans un hôtel au bord du lac d'Annecy. Professeur au Collège des Sciences, Steven est maintenant marié, père de deux enfants, et semble très heureux. Comme Mary attend son mari qui doit rentrer d'un voyage d'affaires, les deux anciens amoureux décident de passer une journée ensemble à se rappeler leurs souvenirs. Au cours de ces heures, ils se rendront compte que leur amour s'est mué en une solide amitié. Mais Howard rentre plus tôt que prévu et les surprend dans leur tête à tête. Se méprenant sur la situation, il prend immédiatement l'avion pour Londres et demande le divorce.

Rentrée en Angleterre, Mary ne voit plus d'issue à la situation. Dans le métro, elle tente de se jeter sous une rame. Mais son mari, inquiet, qui l'a suivie, la retient à temps. Il la ramène au domicile et comprendra que son bonheur n'était pas menacé.

The Passionate Friends peut être considéré, dans la filmographie de David Lean, comme une suite d'un des films les plus célébré du réalisateur sur ce même thème de l'adultère, Brève Rencontre. Les Amants passionnés, adapté d'une nouvelle de HG Wells et non plus de Noël Coward propose une belle variation du classique de 1945. Il y a des points communs entre les deux films. L'histoire, somme toute très banale, d'une attirance entre un homme et une femme appartenant à deux couples stables. Dans les deux cas ces couples ne sont ni très heureux, ni très malheureux, ordinaires en somme, et le génie de Lean va en tirer des récits intenses.

Mais Brève Rencontre était un film assez étouffant, sombre où l'adultère était, en partie pour des raisons de censures, plus désiré que réellement consommé, le poids de la moralité et des apparences pesant comme une chape de plomb sur les amants auquel aucune issue n'était offerte. The Passionate Friends est un film fort différent, diurne, lumineux, radieux et romantique. Il n'en comporte pas moins des zones d'ombres angoissantes et la différences de traitement tient du fait que cette fois les personnages sont bien plus responsables de leur amours contrariées que la société inquisitrice de Brève Rencontre. Mais le titre francophone qui a évolué au court du temps, passant de la traduction littérale Amis passionnés à Amants passionnés, laisse peu de doutes quant au décalage entre ce qui est montré et ce que pense réellement Lean.

Le même type de procédé dans Brève Rencontre ne nous cachait rien des sentiments les plus intimes du personnage de Celia Johnson par la voix off, mais ici c'est plus par la texture même de ce souvenir qu'il faut lire les pensées de Mary. Ainsi Mary retrouve Steven le temps d'une soirée de nouvel an fastueuse et d'un coup les images de leurs passé amoureux commun affluent sans prévenir, teinté d'une photo d'un blanc immaculé opposé aux teintes réaliste du présent. Épouse rangée au train de vie luxueux, elle a abandonnée toute sa fougue et sa passion à cette époque pour un mariage de convenance avec le riche banquier.

L’ambiguïté des films de Lean se traduit ici par la motivation du renoncement de Mary, qui tient aussi bien de raisons nobles que plus terre à terre. Au rayon des nobles raisons , on trouve le refus romantique d'un amour intense qui exigerait l'abandon à l'autre et dont elle se demande si elle en serait capable, mais elle ne nie pas l'intérêt du confort matériel de sa vie actuelle et l'ouverture même du film a déjà donné la réponse sur son choix.

Entonnement, les retrouvailles annoncées lors du retour au présent offre un moment finalement bref et amer. Les sentiments intacts se devine le temps d'un périple enchanteur dans les montagnes suisses mais Mary à nouveau assaillie par cet amour qu'elle ne peut oublier comprend qu'elle a laissé passer sa chance. Si le mari était quasiment absent dramatiquement du récit dans Brève Rencontre, Claude Rains ici par sa composition poignante donne à voir le terrible regard de celui qui est trompé. Il faut voir sa détresse lorsqu'il voit le visage défait d'Ann Todd après qu'elle ait quitté une ultime fois Trevor Howard lors d'une des plus belles scènes du film. Il comprend alors qu'elle ne ressentira jamais ce genre d'émotion pour lui et en est brisé.

Distribution

  • Ann Todd : Mary Justin
  • Claude Rains : Howard Justin
  • Trevor Howard : le professeur Steven Stratton
  • Isabel Dean : Pat Stratton
  • Betty Ann Davies : Miss Layton
  • Arthur Howard : le serviteur
  • Guido Lorraine : le directeur de l'hôtel
  • Marcel Poncin : Hall Porter
  • Natasha Sokolova : la femme de chambre
  • Hélène Burls : la fleuriste

Fiche technique

  • Titre original : The Passionate Friends
  • Réalisation : David Lean
  • Scénario : Eric Ambler, Stanley Haynes et David Lean, d'après le roman de H. G. Wells
  • Images : Guy Green
  • Musique : Richard Addinsell
  • Montage : Geoffrey Foot, Clive Donner et Jack Harris
  • Producteur : Ronald Neame, Eric Ambler et Norman Spencer pour Cineguild
  • Pays d'origine : Royaume-Uni
  • Format : Noir et Blanc
  • Durée : 95 minutes
  • Date de sortie : 26 janvier 1949


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Amantspassion.jpg

Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique