Memories of Murder

De Cinéann.

Memories of Murder , film sud-coréen de Bong Joon-ho, sorti en 2003

Analyse critique

En 1986, deux inspecteurs de police, l'un de la campagne, l'autre de la ville, aux méthodes radicalement opposées, vont devoir mettre leurs forces en commun afin de piéger un terrible violeur et tueur en série. Les soupçons de chacun vont alors se déplacer d'un suspect à un autre, au rythme lancinant des assassinats barbares du mystérieux tueur.

L'histoire de Memories of Murder est inspirée de faits réels, qui se sont déroulés entre 1986 et 1991. Un tueur en série viola et assassina dix femmes, dans un rayon de deux kilomètres à Hwaseong. La plus âgée des victimes avait soixante-et-onze ans. La plus jeune était une écolière de treize ans. Le meurtrier n'a jamais laissé d'indices derrière lui. Plus de trois mille suspects furent interrogés et finalement, plus de trois cent mille policiers ont été mobilisés pour l'enquête. Personne ne fut jamais inculpé pour ces crimes.

Le mercredi 18 septembre 2019, soit 28 ans après les faits et 15 ans après le film, les autorités coréennes annoncent l'identification d'un suspect dans cette affaire : il s'agit de Lee Choon-jae, un homme de 56 ans emprisonné depuis 1994 car condamné à la prison à vie pour le viol et le meurtre de sa belle-sœur. Le mardi 1er octobre 2019, Lee Choon-jae avoue non seulement avoir commis les meurtres dont il était suspecté à Hwaseong entre 1986 et 1991 mais également trois autres homicides dans la ville à cette même époque et deux autres avant le meurtre de sa belle-sœur.

Le tournage s'est déroulé sur les lieux mêmes des événements. Il a nécessité plus d'une année de recherches, de visites, d'entretiens auprès de divers protagonistes liés à l'enquête : les policiers, mais aussi les journalistes qui couvrirent cette série de meurtres.

Il existe des points communs avec un film policier à l’occidentale, avec flics pourris et tueur en série malin. Mais c’est plutôt une méditation sur le mal, invisible et universel. Avec fausses pistes burlesques : un flic est sommé par sa copine d’assister à un pique-nique, un autre, contrarié par l’absence d’indices sur les corps des filles, s’en va dans un sauna surveiller des hommes dénués de poils pubiens.

Le rythme lent est brisé par des secousses furieuses. Ainsi la traque d’un pervers sexuel dans le décor fantomatique d’une usine en construction. Encore plus intéressant : le sourd et omniprésent climat d’insurrection qui pèse sur la capitale lointaine. Peu à peu, le film devient vraiment effrayant, puisqu’on ne voit rien, en fait, on ne fait que deviner. La souffrance de tous ces corps à qui l’on a ôté la vie. Mais aussi celle de tous les assassins possibles, murés dans leurs tourments secrets.

Distribution

  • Song Kang-ho  : Park Doo-man
  • Kim Sang-kyeong  : Seo Tae-yoon, l'inspecteur de Séoul
  • Kim Loi-ha  : Jo Young-goo, le coéquipier de Park Doo-man
  • Song Jae-ho  : Shin Ban-jang, le supérieur des inspecteurs

Fiche technique

  • Titre original : 살인의 추억 , Salinui chueok, littéralement « Souvenirs du meurtre »
  • Réalisation : Bong Joon-ho
  • Scénario : Bong Joon-ho, Shim Sung-bo et Kim Kwang-rim d'après une pièce de théâtre de ce dernier
  • Musique : Tarō Iwashiro
  • Photographie : Kim Hyeong-gyu
  • Montage : Kim Seon-min
  • Sociétés de production : CJ Entertainment et Sidus Pictures
  • Durée : 132 minutes
  • Dates de sortie : Corée du Sud 2 mai 2003
    • France : 23 juin 2004
mmurder.jpg
Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique