Nocturne indien

De Cinéann.

Nocturne Indien film français d'Alain Corneau sorti en 1989.

Analyse critique

Un homme jeune arrive un jour à Bombay. Il part à la recherche d'un ami Au cours de son enquête, il va rencontrer d'étranges personnages et pénétrer un pays qui le fascine.

Rossignol, un jeune Français arrive à Bombay, à la recherche de Xavier, un ami proche qui a vécu quelque temps dans cette ville avant de disparaitre sans laisser de traces. Au cours de son enquête reconstituant son parcours, il voyage à travers une Inde déroutante, se rapprochant à chaque étape un peu plus de son ami.

Le film, adapté du roman homonyme d'Antonio Tabucchi, est tout en ombres et lumière, et promène le spectateur au cœur de l'Inde, de sa dureté et de ses beautés. De Bombay à Goa, cette recherche de Xavier devient alors un parcours initiatique, comme pour tout homme à la recherche de lui-même.

Le film, surtout dans ses parties nocturnes, bénéficie d'un contrepoint musical (le 2e mouvement du Quintette en Ut de Schubert) étonnant par son osmose avec l'étrangeté de l'ambiance.

On peut voir ce film comme voyage filmographique tant le scénario est un prétexte pour parcourir le pays indien dans tous ses états en nous présentant aussi bien ses meilleurs côtés que les pires. Après une entrée en matière plutôt délicate dans laquelle on voit un homme perdu, plongé dans des coutumes qui l'enfoncent dans ce sentiment de liberté, d'indépendance totale. Malgré une interprétation touchante de Jean-Hugues Anglade, le spectateur est dérouté. Peut-être est-ce justement le but, pour pousser à s'identifier au personnage afin qu'on ait le sentiment d'être en terre inconnue.

La mise en scène assez statique a l'avantage de s'adapter au rythme du personnage principal, toujours axé sur le fait qu'il se retrouve dans un pays inconnu à la recherche de son ami. C'est après quelques longues minutes que l'on peut véritablement pénétrer dans l'esprit du film. Un film construit sur le principe d'une quête initatique où le protagoniste rencontre divers personnages qui lui permettront d'en apprendre plus quant à son objectif. Un système répétitif dans le sens où chaque rencontre donne lieu à une longue conversation qui aboutit sur une séparation et ces personnages ne réapparaissent plus par la suite.

L'ambiance indienne est parfaitement retranscrite, notamment grâce aux acteurs indiens charismatiques comme dans la visite de l'hôpital avec le médecin, ou le littéraire. La présence, même tardive, de Clémentine Célarié offre un dénouement plutôt original. La scène du repas est une des meilleures du film, tant par les dialogues et l'intrigue mesurée, que par le couple d'acteurs attendrissant. Jean-Hugues Anglade joue ici un rôle sentimental et hautement intérieur et continue sa belle lancée après 37°2 le matin (1985, Jean-Jacques Beineix) dans une expérience mélodieuse oscillant entre drame solitaire et quête de soi.

Nocturneindien.jpg

Distribution

Fiche technique

  • Titre : Nocturne indien
  • Réalisation : Alain Corneau
  • Scénario : Alain Corneau, Louis Gardel, tiré du roman homonyme d'Antonio Tabucchi
  • Photographie : Yves Angelo
  • Production : Maurice Bernart, Alain Sarde
  • Montage : Thierry Derocles
  • Langue de tournage : anglais
  • Dat de sortie : 16 août 1989 (France)


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique