Potiche

De Cinéann.

Potiche film franco-belge de François Ozon sorti en 2010

Analyse critique

Dans la petite ville de Sainte-Gudule, située dans le Nord près de Saint-Amand-les-Eaux, en 1977, l'usine de parapluies Pujol-Michonneau semble prospérer sous la direction de Robert Pujol qui a épousé la fille Michonneau, Suzanne. Mais bientôt les ouvriers protestent et séquestrent le patron tyrannique. Sur le conseil du député-maire communiste et de son entourage, la femme du patron, qualifiée de "potiche" par sa propre fille, doit alors prendre les choses en main.

Dans cette France de la fin des années 70 par moments furieusement actuelle, le film s'interesse à Suzanne Pujol, femme de patron d'entreprise, sa fonction a toujours été décorative. Elle n'aime rien tant que de s'émerveiller à la vue d'un écureuil ou de faire un haïku sur la vie éphémère d'une rose. Personne ne l'écoute ni ne la prend au sérieux. Sa fille, tout sourire, résume bien la situation : « Le pire pour moi, maman, ce serait de devenir comme toi. Une potiche ».

Elle a aussi un fils, un jeune homme vaguement bohème qui se questionne sur son avenir et a, au grand dam de son père, des idéaux plutôt artistes. Son mari, adepte inconditionnel de la mauvaise foi, Robert Pujol correspond parfaitement à ce qu'on pourrait définir simplement comme un sacré réactionnaire rétrograde. C'est un patron cynique et froid, plein d'une suffisance détestable envers sa femme et ses employés. Et il se tape sans aucun état d'âme sa secrétaire empotée et finit régulièrement ses soirées au Badaboum, une boîte où il a ses entrées.

Mais nous sommes en 1977, et le patronat n'a plus l'heur de faire face à un prolétariat docile et disposé à se laisser exploiter. Un vent de révolte souffle parmi les ouvriers, qui se mettent en grève en scandant en chœur «Pujol = ras-le-bol». Devant la sourde oreille faite à leurs revendications, ils séquestrent le patron. Pour les aider dans la conciliation, Maurice Babin, député communiste, ennemi juré de Robert Pujol, et ancien amoureux transi de Suzanne, fait peu à peu intrusion dans la vie chambardée de la famille. Et quand Robert, victime d'un malaise, n'est plus là pour négocier, il va falloir lui trouver un remplaçant, comme son fils se récuse, il ne reste plus que Suzanne.

Même si l'on trouve dans Potiche un propos général de nature féministe et une condamnation d'une forme rétrograde et autoritaire de direction patronale, le ton général est celui d'une comédie dont l'objectif principal est sans doute d'abord de susciter le rire des spectateurs.

Distribution

  • Catherine Deneuve : Suzanne Pujol, la « Potiche »
  • Gérard Depardieu : Maurice Babin, le député-maire communiste
  • Fabrice Luchini : Robert Pujol, le mari de Suzanne et directeur de l'usine
  • Karin Viard : Nadège, la secrétaire de Robert
  • Judith Godrèche : Joëlle, la fille de Robert et Suzanne
  • Jérémie Renier : Laurent, le fils de Robert et Suzanne
  • Sergi López : le routier espagnol
  • Évelyne Dandry : Geneviève Michonneau, la sœur de Suzanne
  • Bruno Lochet : André, le délégué CGT
  • Elodie Frégé : Suzanne Pujol jeune
  • Gautier About : Maurice Babin jeune
  • Jean-Baptiste Shelmerdine : Robert Pujol jeune

Fiche technique

  • Réalisation : François Ozon
  • Scénario : François Ozon, d'après la pièce de théâtre Potiche de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy
  • Musique : Michèle Torr, Baccara, Il était une fois, Catherine Ferry, Julio Iglesias, Johnny Hallyday, Bee Gees, Jean Ferrat
  • Filmographie : Yorick Le Saux
  • Montage : Laure Gardette
  • Durée : 103 minutes
  • Dates de sortie: 5 septembre 2010 à la Mostra de Venise où il était en compétition.
    • France : 10 novembre 2010


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB


potiche2010.jpg

Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique