Spéciale Première

De Cinéann.

Spéciale Première (The Front Page) film américain de Billy Wilder, sorti en 1974.

Analyse critique

Le film se situe à Chicago, en juin 1929. Au grand désespoir de son rédacteur en chef, Walter Burns, Hildy Johnson, journaliste expérimenté du Chicago Examiner est sur le point de se marier avec une riche héritière de Baltimore, Peggy Grant. Avant de partir, il vient fêter l'événement avec ses confrères journalistes réunis dans la salle de presse de la prison de la ville où tous attendent le scoop de l'année : la pendaison, à l'aube, de Earl Williams, condamné pour le meurtre, accidentel, d'un policier et présenté comme dangereux agitateur rouge par le maire qui, à la veille des élections, voit là une aubaine inespérée.

Pour les besoins d'une reconstitution du crime, le shérif Hartman prête son revolver à Williams, qui en profite pour s'échapper, non sans avoir porté un coup bas au psychiatre viennois Eggelhoffer. Arrive alors un certain Plunkett, porteur d'un sursis à exécution pour Williams, signé du gouverneur. Le maire, qui ne veut pas retarder l'exécution, l'envoie se distraire chez l'accueillante Madame Chow! Earl Williams, en cavale, n'a pas réussi à quitter la prison, et trouve refuge dans la salle de presse. Johnson le cache dans un bureau, aidé en cela par Mollie Malloy, prostituée au grand cœur, prise de compassion pour le condamné, qui détourne l'attention des autres journalistes en sautant par la fenêtre.

Journaliste avant tout, Johnson commence déjà à rédiger un article inspiré, quitte à reporter son départ avec Peggy, qui s'impatiente. Prévenu par ses soins, Burns arrive, ravi de ces bonnes dispositions. Arrêtés, les deux journalistes de L'Examiner se trouvent en compagnie de Plunkett, ivre-mort. Découvrant l'ordre de sursis, ils constituent une menace de scandale pour le maire, qui les fait libérer. Johnson va enfin pouvoir prendre son train avec Peggy. Mais on ne se sépare pas ainsi d'un patron comme Burns. Johnson a le tort d'accepter son cadeau de noces, car à la gare suivante il est arrêté pour vol de la montre de Burns, qui s'est empressé de dénoncer son collaborateur pour le faire revenir.

Après l’échec commercial de deux de ses plus beaux films (Avanti ! et La Vie privée de Sherlock Holmes), Billy Wilder s’attelle en 1974, avec son comparse, le scénariste I.A.L. Diamond, à l’adaptation d’une pièce de théâtre de Ben Hecht célèbre aux Etats-Unis, The Front Page. La pièce de 1928 avait déjà été adaptée deux fois au cinéma : en 1931 par Lewis Milestone sous le titre The Front Page et en 1940 par Howard Hawks, sous le titre La Dame du vendredi (His Girl Friday) avec une femme dans le rôle principal. Elle le sera une quatrième fois en 1988 par Ted Kotcheff sous le titre Scoop. Ancien journaliste lui-même, Billy Wilder avait déjà établi un impitoyable portrait du journaliste dans l’un de ses plus cruels films : Le Gouffre aux chimères (Ace in the Hole).

Wilder tire à boulets rouges sur la corruption politique généralisée et sur les pratiques du journalisme trash, métier qu’il avait pratiqué dans sa jeunesse viennoise. Il produit un film à l'humour pas toujours fin mais efficace, avec une noirceur, un cynisme et une rigueur d’écriture étonnants. En Juin 1973, au moment où il commence l'écriture du film, le scandale du Watergate donne une résonance particulière à ce portrait décapant du milieu journalistique. Il tente à la fois d’en restituer l’esprit des années 30 et d’y insuffler son esprit propre en adaptant les dialogues à la vulgarité urbaine des années 70. Révélant sa personnalité dans ses différences avec le matériau d’origine, le film contient ainsi quelques séquences d’une réelle cruauté comme la tentative de suicide de Molly Malloy qui est traitée avec dédain et une ironie condescendante par des journalistes désabusés qui se damneraient pour un scoop, surtout si celui-ci a été copié sur le voisin.

On trouve, de plus dans le film le thème de la relation du groupe contre l’individu, puisque si Hildy vient fêter son départ avec ses collègues, il se garde bien de partager la moindre information avec eux, et au contraire, leur cache Williams une fois qu’il a mis la main dessus. Quand le shérif viendra appréhender Walter et Hildy, ils se garderont bien de défendre ceux-ci et privilégieront leur propre place. Pour Wilder si le « bon » journaliste est nécessairement une ordure égoïste, le « meilleur » journaliste est celui qui, débarrassé de ses chimériques rêves de gloire, arrive, à l’instar du cinéaste, à quitter le monde corrompu de la presse. Dans l’amusant épilogue écrit qui clôt le film, on apprend que Bensinger et la jeune recrue auront quitté le monde pourri du journalisme pour ouvrir ensemble un magasin d’antiquités.

Le film contient aussi un plaidoyer contre la peine de mort aux États-Unis, qui fonctionnait à plein régime après la Seconde Guerre Mondiale. Le cas d' Earl Williams est emblématique. Il n'est pas innocent, mais son meutre est accidentel. Son sort ne dépend pas de la justice, mais de sa classe sociale et des intérêts électoraux du maire qui brique une réelection. En complément, le portrait de policiers, juges ou politiques corrompus, traité comme arrière-plan de la pièce, est appuyé lors de la fin du film par une séquence qui montre le maire de la ville comme un maquereau arriviste, hypocrite irrécupérable.

Enfin, comme souvent chez Wilder qui avait de nombreux amis homosexuels comme Charles Laughton, le thème de l'identité sexuelle est bien présent dans le film. D'une part les deux seuls personnages réellement sympathiques et positifs du film sont les deux femmes, la fiancée Peggy Grant et la prostituée Molly Malloy. Par ailleurs dans un milieu du journalisme criminel très viril et au langage fleuri, à s’insulter par le biais de propos homophobes ou sexistes. Enfin un second rôle, le journaliste Bensinger, que l’on peut en fait considérer comme le premier personnage de la filmographie de Billy Wilder caractérisé par son homosexualité. Bensinger subit les incessantes railleries de ses collègues et il est d’ailleurs le seul journaliste à ne pas être défini comme un membre du groupe qu’ils forment au sein de la salle de presse. Lorsqu’un petit nouveau, censé remplacer Hildy, débarque, le premier conseil qu’on lui donne est de ne « jamais, jamais se retrouver tout seul avec Bensinger. » Mais le personnage est, tout bien considéré, probablement le seul journaliste déontologique du groupe, et bien qu’il paraisse naïf voire incompétent, il dégage une touchante sincérité au moment de déclamer à Walter Burns les quelques vers du poème qu’il vient d’écrire.

« Spéciale Première est une des meilleures comédies noires que nous ait données le cinéma américain depuis longtemps. Wilder manifeste ici une vigueur de jeune homme. Il conduit ses personnages tambour battant, au rythme de machine à écrire galopante, de dialogues-mitraillette, de cavalcades de couloirs et de rodéos policiers dans les rues de Chicago. Et c’est le souffle coupé par le rire que nous suivons cette macabre partie de cache-cache dont l’enjeu est malgré tout la vie d’un homme. Hecht et Wilder nous servent cette vérité au passage entre deux éclats de rire et un peu de mauvaise conscience s’il nous en reste. » Guy Teisseire, 1975

Distribution

  • Jack Lemmon  : Hildy Johnson
  • Walter Matthau : Walter Burns
  • Susan Sarandon : Peggy Grant
  • Vincent Gardenia : Le shérif
  • David Wayne : Bensinger
  • Allen Garfield : Kruger
  • Austin Pendleton : Earl Williams
  • Charles Durning : Murphy
  • Harold Gould : Le maire
  • Jon Korkes : Rudy Keppler
  • Carol Burnett : Mollie Malloy

Fiche technique

  • Titre original : The Front Page (litt. « la Une »)
  • Titre français : Spéciale Première
  • Réalisation : Billy Wilder
  • Scénario : Billy Wilder et I.A.L. Diamond d'après la pièce The Front Page de Ben Hecht et Charles MacArthur, publiée en 1928
  • Photographie : Jordan Cronenweth
  • Montage : Ralph E. Winters
  • Production : Jennings Lang et Paul Monash
  • Société de production : Universal Pictures
  • Durée : 105 minutes
  • Dates de sortie : USA : 17 décembre 1974 ;
    • France  : 26 mars 1975


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

specialpr.jpg
Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique