Un barrage contre le Pacifique

De Cinéann.


Différentes pages portent le même nom; voir  : Un barrage contre le Pacifique (homonymie)

Un barrage contre le Pacifique est un roman de Marguerite Duras paru en 1950.

Argument

Dans le sud de l’Indochine française, dans les années 1920, une veuve malade vit avec ses deux enfants, Joseph et Suzanne (20 et 17 ans). Leur bungalow est isolé dans la plaine marécageuse de Kam.

La mère veut marier Suzanne à monsieur Jo, laid, mais riche.

Monsieur Jo essaye d’acheter Suzanne car il la désire. Il lui offre des produits de beauté, un phonographe puis finalement une bague avec un diamant, mais ce diamant contient un crapaud.

Ce roman est largement autobiographique, la mère de Duras , Marie Donnadieu devient veuve en 1918. En 1928, elle rompt avec sa vie d'enseignante nomade en achetant une des terres que l’administration coloniale incite à posséder. Trompée dans son acquisition, elle en sort ruinée et reprend l’enseignement.

Mais Duras extrapole le propos et aborde le récit de la désillusion indochinoise, une histoire dans la face cachée de la prospérité, l'Indochine du vice et de la dérive. Au fil du roman, on rencontre des personnages à forts caractères : La mère, Suzanne, Joseph mais aussi Carmen, Lina, etc. La description est précise et plonge le lecteur dans le système colonial de l’époque en mettant en évidence les injustices du système de concessions régi par une administration avide de profits et intouchable, le mépris des riches Blancs pour la population indigène dans laquelle elle ne voit qu’une masse à exploiter, la brutalité de la vie de cette population décimée par les maladies et la faim.

La première partie du roman dépeint la beauté sauvage, parfois hostile, des zones reculées de l’Indochine française. Les relations d’amour et de pouvoir qui unissent la mère à son fils Joseph et à sa fille Suzanne constituent le centre de la narration. On peut lire Un barrage… comme la lente agonie de la mère et l’émancipation de ses enfants, qui se dégagent de sa tyrannie affective.

Le roman est donc aussi roman d’apprentissage, celui de Suzanne, qui découvre son pouvoir sur les hommes et s’initie à l’amour, mais aussi celui de Joseph qui part avec une femme. Cependant, contrairement à la tradition du roman d’apprentissage classique, le récit ne s’étend pas sur plusieurs années, mais il est resserré autour de quelques semaines, semaines de crise au cours desquelles les personnages voient leur vie transformée. La cellule familiale sert le drame.

Adaptation cinématographique

Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique