Audrey Hepburn

De Cinéann.

(Différences entre les versions)

Version du 22 décembre 2020 à 19:56

Audrey Hepburn actrice britannique, née Audrey Kathleen Ruston le 4 mai 1929 à Ixelles (Belgique), morte le 20 janvier 1993 à Tolochenaz (Suisse).

Biographie

Fille d'une baronne hollandaise et d'un banquier anglo-irlandais, Audrey Hepburn connaît une enfance difficile. Atteinte de coqueluche, elle frôle la mort trois semaines après sa naissance. Elle a 6 ans lorsque son père, futur militant pro-nazi, quitte le domicile familial. La guerre est un nouveau traumatisme pour la jeune fille, de santé fragile, qui séjourne alors aux Pays-Bas, dans la ville d'Arnhem, bombardée en 1944.

Partie en Angleterre, Audrey Hepburn travaille comme mannequin et joue la comédie dans des music-halls. Après une première apparition à l'écran en vendeuse de cigarettes dans Rires au paradis (1951), elle trouve son premier rôle important dans The Secret people, où elle interprète une ballerine -c'est d'ailleurs à une carrière de danseuse que se destinait à l'origine la jeune Audrey. Le tournage de Nous irons à Monte-Carlo la mène dans le sud de la France, où elle rencontre Colette, à la recherche d'une "Gigi", en vue de l'adaptation de son roman à Broadway. Hepburn triomphe dans ce spectacle, avant de tourner son premier film hollywoodien, Vacances romaines de Wyler : princesse rêveuse, elle fait fondre Gregory Peck, mais aussi l'Académie des Oscars qui lui décerne une statuette en 1954.

Loin des plantureuses stars de l'époque, Audrey Hepburn impose un nouveau type de glamour : yeux de biche, silhouette gracile, sourire mutin, cette drôle de frimousse -titre d'un musical de 1957 avec Fred Astaire- séduit Bogart dans Sabrina, puis Gary Cooper dans Ariane, deux comédies de Billy Wilder. Héroïne en 1956 de l'adaptation par King Vidor de Guerre et paix, elle y a pour partenaire Mel Ferrer, qu'elle épousa deux ans plus tôt, et qui la dirigera dans Vertes demeures. Egérie du couturier Givenchy et du photographe Avedon, elle inspire aussi Henry Mancini, compositeur notamment de Moonriver, un air qu'elle immortalise dans Diamants sur canapé (1961) : cette oeuvre de Blake Edwards constitue un superbe écrin pour l'actrice, dont la fantaisie se teinte d'une troublante mélancolie, comme dans Voyage à deux (1967) de Stanley Donen, l'auteur du malicieux Charade.

Après des retrouvailles avec William Wyler (La Rumeur) et une incursion dans le western (Le Vent de la plaine de Huston), Audrey Hepburn trouve un de ses plus grands rôles en 1964, celui d'Eliza Doolitle, fille des rues métamorphosée en femme du monde, dans My Fair Lady, sommet de la comédie musicale signé Cukor. Divorcée de Mel Ferrer après le tournage éprouvant de Seule dans la nuit, film à suspense produit par le comédien en 1967, Hepburn met bientôt un terme à sa carrière d'actrice -on la retrouvera néanmoins en Lady Marian dans La Rose et la Flèche de Lester en 1976. Celle qui incarna une bonne soeur devenue infirmière au Congo dans Au risque de se perdre se consacre désormais à l'action humanitaire, multipliant les voyages en Afrique et en Amérique latine pour l'UNICEF, qui la nomme ambassadrice en 1988. Apparue pour la dernière fois au cinéma en ange dans Always de Spielberg, Audrey Hepburn est emportée par un cancer du colon en 1993.

Audrey Hepburn a marqué son époque par l'incarnation d'un style particulier. L'actrice Shirley MacLaine, sa partenaire dans La Rumeur, dit ainsi d'elle : « Quand je pense à Audrey, à sa noblesse de cœur et à sa fantaisie, je suis toujours émue. Elle avait des qualités très rares et j'enviais son style et son goût. Je me sentais gauche et mal fagotée quand j'étais en sa compagnie. Je lui en ai fait part. Elle m'a dit de ne pas me tracasser, qu'elle m'apprendrait à m'habiller si je lui apprenais à jurer. Nous n'y sommes jamais parvenues ! »

Son physique était très éloigné des canons d'Hollywood qui, à l'époque, préférait les actrices aux formes généreuses comme Marilyn Monroe, Martine Carol, Kim Novak ou Lana Turner. « Elle est capable, à elle seule, de faire de la poitrine une valeur du passé », disait Billy Wilder. Audrey Hepburn incarne à l'inverse un charme tout nouveau de garçonnet manqué, mais très féminin par sa grâce, ses yeux immenses et ses longues jambes. Son choix, encore à l'encontre des stéréotypes, de conserver l'épaisseur naturelle de ses sourcils bruns contribue également à rendre sa drôle de frimousse inoubliable.

Ce style d'Audrey Hepburn est en bonne part le résultat de la rencontre avec le couturier Hubert de Givenchy, à l'occasion du tournage de Sabrina en 1954. Il dessina ses robes pour le film qui obtint alors l’Oscar des meilleurs costumes.

Filmographie

  • 1951  : Une avoine sauvage (One Wild Oat) de Charles Saunders - Une réceptionniste d’hôtel
  • 1951  : Rires au paradis (Laughter in Paradise) de Mario Zampi - La vendeuse de cigarettes
  • 1951  : Histoire de jeunes femmes (Young Wives’ Tale) de Henry Cass - Eve Lester
  • 1951  : De l'or en barre (The Lavender Hill Mob) de Charles Crichton - Chiquita
  • 1952  : Secret People (The Secret People) de Thorold Dickinson - Nora Brentano
  • 1952  : Nous irons à Monte-Carlo (Monte Carlo Baby) de Jean Boyer - Melissa Walter
  • 1953  : Vacances romaines (Roman Holiday) de William Wyler - Princesse Anne
  • 1954  : Sabrina de Billy Wilder - Sabrina Fairchild
  • 1956  : Guerre et Paix (War and Peace) de King Vidor - Natacha Rostov
  • 1957  : Drôle de frimousse (Funny Face) de Stanley Donen - Jo Stockton
  • 1957  : Ariane (Love in the Afternoon) de Billy Wilder - Ariane Chavasse
  • 1959  : Vertes Demeures (Green Mansions) de Mel Ferrer - Rima
  • 1959  : Au risque de se perdre (The Nun’s Story) de Fred Zinnemann - Sœur Luc
  • 1960  : Le Vent de la plaine (The Unforgiven) de John Huston - Rachel Zachary
  • 1961  : Diamants sur canapé (Breakfast at Tiffany’s) de Blake Edwards - Holly Golightly
  • 1961  : La Rumeur (The Children’s Hour) de William Wyler - Karen Wright
  • 1963  : Charade de Stanley Donen - Regina Lampert
  • 1964  : Deux têtes folles (Paris When it Sizzles) de Richard Quine - Gabrielle Simpson
  • 1964  : My Fair Lady de George Cukor - Eliza Doolittle
  • 1966  : Comment voler un million de dollars (How to steal a million) de William Wyler - Nicole Bonnet
  • 1967  : Voyage à deux (Two for the Road) de Stanley Donen - Joanna Wallace
  • 1967  : Seule dans la nuit (Wait Until Dark) de Terence Young - Susy Hendrix
  • 1976  : La Rose et la Flèche (Robin and Marian) de Richard Lester - Lady Marianne
  • 1979  : Liés par le sang (Bloodline) de Terence Young - Elizabeth Roffe
  • 1981  : Et tout le monde riait (They All Laughed) de Peter Bogdanovich - Angela Niotes

Récompenses


Retrouvez tous les détails de la filmographie de Audrey Hepburn sur sa fiche IMDB

hepburnch.jpg
Charade (1963)

Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique