Est-Ouest

De Cinéann.

Version du 30 octobre 2007 à 21:47 par Charlie16 (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Est-Ouest , film de Régis Wargnier sorti en 1999.

Sommaire

Synopsis

En juin 1946, Staline offre l'amnistie aux Russes émigrés à l'ouest depuis 1917 et la possibilité de retourner en URSS. Alexei Golovine, un médecin russe émigré en France, répond avec d'autres à cet appel et décide de rejoindre avec sa jeune épouse francaise, Marie, et son fils Serioja sa terre natale. Dès leur arrivée a Odessa, ils font face a la terrible réalité du régime communiste.

Beaucoup de leurs compagnons sont exécutés ou déportés. Alexei et sa famille ont leur vie sauve parce que les autorités ont compris le parti qu'elles pouvaient tirer de ce jeune médecin. Les Golovine tentent de s'adapter, de survivre en essayant de ne pas se faire remarquer. Mais au milieu de cette vie communautaire, Marie craque. Elle va alors profiter de toutes les occasions pour fuir vers la France. Le TNP est en tournée à Kiev, avec la grande Gabrielle Develay dans le rôle de Marie Tudor. C'est son premier espoir. Le second sera ce jeune Sacha, champion en natation, prêt à tous les risques pour passer de l'autre côté, à l'Ouest.

Critique

Régis Wargnier est un cinéaste qui aime les grandes épopées, les mélos à rebondissements avec une forte dose de documentation historique, les oeuvres où les sentiments sont exacerbés. Et surtout un scénario dont le personnage central est une femme. Une femme avec ses failles, son coeur qui bat, ses désirs qui s'enflamment, ses idées, son instinct maternel.

Il s'agit d'une épopée grandiose, servie par un montage alliant moments graves et suspens haletant. On retrouve cette esthétique propres aux paysages russes, verts et bruns, gris et froids. Wargnier ne nous éblouit pas autant qu' aux temps d'Indochine, mais on le sent inspiré par son sujet.

Dans cette prison Russie, dans cette URSS méconnue, les destins croisent la politique, l'Histoire se mêle des vies de chacun. Et l'on sent bien cette opression communiste sur les individus.

Le final est grandement réussi, grâce à son rythme constant, et un scénario qui privilégie l'action. Mais la plus belle scène restera celle où Sacha doit absolument remporter une cométition de natation. Du plongeon majestueux jusqu'aux angoisses de Marie, Wargnier filme un bel instant de cinéma.

On peux reprocher la naïveté idéologique, ou critiquer le scénario trop convenu, car le réalisateur ne va pas assez au delà de la desription des péripéties. C'eût été pourtant plus que nécessaire pour comprendre pourquoi ces quelques milliers de Russes blancs décidèrent de rallier un pays qui leur semblait redevenu à leur goût. Qu'ils se soient trompés, ou aient été trompés comme préfère insister le metteur en scène, c'est évident. Le pays était resté pauvre, surtout après les dévastations de plusieurs années d'occupation par l'armée allemande, et le régime pas moins impitoyable vis-à-vis d'une population dont il craignait qu'elle lui demande des comptes. Ces émigrés blancs revenus au pays allaient le constater à leurs dépens, la dictature stalinienne ne faisant pas dans le détail.

Régis Wargnier à propos de Catherine Deneuve :
J'ai toujours tenu Catherine au courant de l'évolution du scénario. Lorsque je lui ai parlé d'une participation dans le nouveau projet elle m'a dit que si le rôle lui plaisait, elle serait d'accord. A partir de ce moment, j'ai vraiment écrit pour elle. Il fallait une actrice d'une grande notoréité, une actrice qui en impose dès qu'elle arrive. C'est cela qu'apporte Catherine: l'excès dans le bon sens, la détermination et l'autorité naturelle.

Distribution

Estouest.jpg
  • Oleg Menshikov : Aleksei Golovin
  • Sandrine Bonnaire : Marie Golovin
  • Catherine Deneuve : Gabrielle Develay
  • Sergei Bodrov jr. : Sasha Vasilyev
  • Ruben Tapiero : Seryoja à 7 ans
  • Erwan Baynaud : Seryoja à 14 ans
  • Grigori Manoukov : Pirogov
  • Tatyana Dogileva : Olga
  • Bogdan Stupka : Colonel Boïko
  • Meglena Karalambova : Nina Fyodorovna
  • Atanas Atanassov : Viktor
  • René Féret : Jean-Louis - l'ambassadeur de France
  • Tania Massalitinova : Alexandrovna
  • Valentin Ganev : Volodja Petrov
  • Nikolai Binev : Sergei Kozlov

Fiche technique

Récompenses

  • Nomination pour le césar du meilleur film
  • Nomination pour l'oscar du meilleur film étranger en 2000.
  • Étoile d'or du cinéma français
Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique