Isao Takahata

De Cinéann.

Version du 2 juin 2020 à 16:28 par MariAnn (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Isao Takahata (高畑 勲, Takahata Isao) réalisateur japonais de films d'animation, né le 29 octobre 1935 à Ise et mort le 5 avril 2018 à Tokyo. Il est le cofondateur du studio Ghibli avec Hayao Miyazaki.

Voir aussi Isao Takahata

Biographie

Né à Ise (Japon) le 29 octobre 1935, Isao Takahata reste marqué par le bombardement de la région d'Okayama par les Américains pendant la Seconde Guerre mondiale, fuyant pieds nus en pyjama avec l'une de ses sœurs.

Il étudie la littérature française à l'université de Tôkyô. Il découvre ainsi les poèmes de Jacques Prévert, mais aussi son travail avec Paul Grimault, pour La Bergère et le Ramoneur première version du Roi et l'Oiseau, sortie au Japon en 1956. Ce film est l'un des déclencheurs de sa vocation artistique.

Dès 1959, il rejoint le studio d'animation Tôei Animation en tant qu’assistant, où il effectue toutes sortes les travaux, y compris le balayage. Il y fait connaissance de Hayao Miyazaki, avec qui il est engagé dans le mouvement syndical. En 1963, il réalise la série Ken, l’enfant loup.

En 1968, il réalise son premier long métrage, Horus, prince du soleil, en collaboration avec Hayao Miyazaki. Ce film, sorti dans une version inachevée et mutilée, n'ayant pas obtenu le succès attendu, les producteurs privilégient alors la création télévisuelle plutôt que cinématographique. À partir de ce projet, Miyazaki et Takahata travaillent souvent ensemble, sur des films (Heidi, la petite fille des Alpes en 1974, Nausicaä de la vallée du vent en 1984 et L'Histoire du canal de Yanagawa en 1987) comme sur des séries télévisées (notamment la première série de Lupin III, plus connue en France sous le nom d'Edgar de la Cambriole).

C'est en 1985 que Takahata fonde avec Miyazaki le Studio Ghibli. Il réalise pour ce studio, en 1988, Le Tombeau des lucioles puis Souvenirs goutte à goutte (1991), Pompoko (1994) qui reçoit le prix du long-métrage au festival d'Annecy, Mes voisins les Yamada (1999). Enfin Le Conte de la princesse Kaguya (2013) est présenté au Festival de Cannes (Quinzaine des réalisateurs) et nominé aux Oscars.

Contrairement à Miyazaki, Takahata n'est pas dessinateur d'animation. Il se considère avant tout comme un réalisateur. Il réalise d'ailleurs un documentaire en prise de vue réelle, L'Histoire du canal de Yanagawa, en 1987. Ce statut lui permet de n'être attaché à aucun style de dessin en particulier et de pousser au plus loin toute forme d'expérimentation dans le domaine de l'animation. Ainsi, le long métrage Mes voisins les Yamada est entièrement créé sur ordinateur afin d'obtenir un effet d'aquarelle difficile à traduire sur celluloïd.

Le style des sujets traités par Takahata est très varié. Ainsi, Le Tombeau des lucioles est un drame de guerre plutôt réaliste, Pompoko tend vers le burlesque en présentant des tanuki qui tentent d'empêcher des humains de s'installer sur leurs terres. Le plus souvent, Isao Takahata s'inspire d'une œuvre existante (le roman d'Akiyuki Nosaka pour Le Tombeau des lucioles et celui de Kenji Miyazawa pour Goshu le violoncelliste) ou encore de l'univers des mangas (Souvenirs goutte à goutte ou Mes voisins les Yamada). Il peut également développer une idée originale, comme pour Pompoko (la guerre des tanuki).

Il reste très attaché au dessin à la main, malgré l’ère du numérique. Celui-ci laisse selon lui l’imagination du spectateur plus libre.

Son œuvre, marquée par le pacifisme, le conduit à s'opposer au projet d'amendement de l'article 9 de la Constitution japonaise, qui dispose que "le peuple japonais renonce à jamais à la guerre". Membre du groupe Eigajin Kyujo no kai (« Les cinéastes pour l'article 9 »), il s'élève en 2015 contre les lois jugées sécuritaires et bellicistes du Premier ministre Shinzo Abe.

Isao Takahata meurt le 5 avril 2018 à l'hôpital annexe de la Teikyo University Medical School.

Filmographie

  • 1968 : Horus, prince du Soleil (太陽の王子 ホルスの大冒険, Taiyō no ōji : Horus no daibōken)
  • 1972 : Panda Kopanda (パンダ・コパンダ, ) court métrage
  • 1981 : Kié la petite peste (じゃリン子チエ, Jarinko Chie)
  • 1982 : Goshu le violoncelliste (セロ弾きのゴーシュ, Cello hiki no Gōshu)
  • 1987 : L'Histoire du canal de Yanagawa (柳川堀割物語, Yanagawa horiwari monogatari)
  • 1988 : Le Tombeau des lucioles (火垂るの墓, Hotaru no haka)
  • 1991 : Souvenirs goutte à goutte (おもいでぽろぽろ, Omoide poroporo)
  • 1994 : Pompoko (総天然色漫画映画 平成狸合戦ぽんぽこ, Heisei tanuki gassen Ponpoko)
  • 1999 : Mes voisins les Yamada (ホーホケキョ となりの山田くん, Hōhokekyo tonari no Yamada-kun)
  • 2013 : Le Conte de la princesse Kaguya (かぐや姫の物語, Kaguya-Hime no monogatari)
Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique