La Belle Captive

De Cinéann.

Version du 2 avril 2009 à 13:14 par MariAnn (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

La Belle Captive film français d'Alain Robbe-Grillet sorti en 1983.

Synopsis

Un agent (secret ?) recueille un soir une belle femme blessée, abandonnée sur une route. Il l'emmène dans une maison peuplée de personnages étranges. Marie-Ange est une jeune femme provocatrice. Elle engage la conversation avec un homme avec qui elle couche . Au matin, la jeune femme a disparu. L'agent est hantée par cette absence. L'histoire nous entraîne dans un univers de recherche neuroscientifique sur fond de milice et de régime totalitaire.

La belle captive joue à fond la carte du cinéma surréalisme , notamment avec des évocations de tableaux du peintre Magritte, qui servent de cadre au monde imaginaire du film. Un mélange d'érotisme, d'onirisme, de références à la culture populaire (espionnage, vampirisme), de mise en abyme (le rêve dans le rêve, etc.) forment un cadre original et déroutant. Robe-Griller se trouve alors, avec un peu de décalage temporel dans le monde cinématographique, de l'avant-garde d'un Alain Resnais ou d'un Luis Buñuel.

Le résultat peut se targuer d'un vrai soin visuel, les images étant souvent fort belles ; dans son délire, le film s'avère assez rigoureux. On apprécie une jeune Arielle Dombasle déjà fofolle, et un Daniel Emilfork toujours aussi étrange.

Distribution

Bellecaptive.jpg

Fiche technique


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique