Les Gardiennes

De Cinéann.

Version du 6 mars 2018 à 18:18 par MariAnn (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Les Gardiennes , film français de Xavier Beauvois, sorti en 2017

Analyse critique

Le 2 août 1914, en France, les hommes sont mobilisés et les bons chevaux réquisitionnés. Dans une ferme des Deux-Sèvres, Hortense Misanger voit partir ses deux fils Georges et Constant et son gendre Clovis. Constant et Clovis sont paysans. Elle souhaite, de plus, que le plus jeune, Georges, épouse une fille du pays, Marguerite, fille d'un cousin boulanger.

Le mari d'Hortense, Claude est usé par le travail et n'a plus la volonté de continuer. Dotée d'une grande énergie et d'un caractère particulièrement autoritaire, Hortense va se dépenser sans compter et imposer implacablement sa volonté à son entourage au mépris des conséquences et du bonheur réel des membres de sa famille.

Elle veut atteindre à tout prix son objectif,le maintien des deux fermes et de la boulangerie et même, si possible, leur amélioration afin de prouver, au retour des hommes, que les femmes ont su tenir leur rang. Elle est assistée en cela par sa fille Solange , l’épouse de Clovis. Les deux femmes se lancent dans la mécanisation, une nouveauté dans les années 1910.

Cependant, le besoin d’une personne supplémentaire se fait sentir à l’approche des moissons : Hortense engage alors Francine, une jeune femme de vingt ans issue de l'assistance publique. Cette dernière se montre d’une aide précieuse pour le Paridier. Lors de permissions, Francine et Hortense découvrent l'amour, mais ce n'est pas du goût d'Hortense. L'arrivée des Alliés américains, dans un premier temps en retrait du front, va aussi secouer ce petit monde.

Le monde représenté, la vieille paysannerie française, est presque effacé. Le cinéaste, loin de l’injonction contemporaine d’efficacité, avance lentement, il croit à la durée, aux silences, à l’expressivité des plans, paysages, natures mortes, fragments de corps, indépendamment des dialogues. La correspondance est complète entre le travail de la terre échu aux héroïnes, si concret, si lent, et la patience de Xavier Beauvois construisant son film patiemment.

La singularité du film se déploie, en décalage de tous les films centrés sur les poilus et les tranchées. La narration est hors du temps, pendant des saisons, des années. Ces vies suspendues à une éventuelle mauvaise nouvelle, qui arrive par l'intermédiaire du maire, chargé d'annoncer les décès, et toutes les échéances sont reportées à un hypothétique « après la guerre », prononcé comme une formule magique. Quand les héroïnes ne travaillent pas aux champs, elles se rongent les sangs. Quand les hommes reviennent pour une permission, ils sont fantomatiques, hagards, hantés par la barbarie des combats, les seules scènes de guerre proviennent de leurs cauchemars. Les sermons, dans la petite église du village, mettent des mots sur la souffrance de cette société de taiseux.

Dans le rôle de l’orpheline, recrutée par les fermières pour pallier l’absence des hommes, la débutante Iris Bry, mélange de modestie et d’éclat, devient, irrésistiblement, la véritable héroïne des Gardiennes. Rejetée par les personnages, mise enceinte par le fils, puis rejetée par la famille, la jeune fille est choisie, élue par le cinéaste, qui s'écarte alors de son interprétation étroite du roman. C’est à elle que revient d’incarner, en quelques scènes lumineuses, l’émancipation à venir des femmes et, à la fin de cette guerre, le retour impromptu de la joie.

Distribution

  • Nathalie Baye : Hortense
  • Laura Smet : Solange
  • Iris Bry : Francine
  • Cyril Descours : Georges
  • Gilbert Bonneau : Henri
  • Olivier Rabourdin : Clovis
  • Nicolas Giraud : Constant
  • Mathilde Viseux-Ely : Marguerite

Fiche technique

  • Réalisation : Xavier Beauvois
  • Scénario : Xavier Beauvois et Frédérique Moreau d'après l'ouvrage Les Gardiennes d'Ernest Pérochon paru en 1924
  • Montage : Marie-Julie Maille
  • Directrice de la photographie : Caroline Champetier
  • Musique : Michel Legrand
  • Productrice : Sylvie Pialat
  • Sociétés de production : Les films du Worso, Rita Productions, Pathé-Orange Studio, France 3 Cinéma, KNM, Versus Production
  • Durée : 134 min
  • Date de sortie : 6 décembre 2017
  • Distinctions: 4 nominations aux César 2018
gardiennes.jpg
Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique