Marco Bellocchio

De Cinéann.

(Différences entre les versions)
(Filmographie (réalisateur))
(++)
 
Ligne 48 : Ligne 48 :
* 2009 : ''{{Passion|fi/vincere.htm|Vincere}}'' (sélection officielle du [[Festival de Cannes 2009]])
* 2009 : ''{{Passion|fi/vincere.htm|Vincere}}'' (sélection officielle du [[Festival de Cannes 2009]])
* 2010 : ''Sorelle Mai''
* 2010 : ''Sorelle Mai''
-
* 2012 : ''[[La Belle Endormie]]'' (Bella adormentata)  
+
* 2012 : ''[[La Belle Endormie]]'' (''Bella adormentata'')
 +
* 2015 : ''Sangue del mio sangue''
 +
* 2016 : ''[[Fais de beaux rêves]]'' (''Fai bei sogni'')
{{IMDBF|69166}}  
{{IMDBF|69166}}  

Version actuelle en date du 16 janvier 2017 à 07:50

Marco Bellocchio, réalisateur, scénariste et producteur italien, né le 9 novembre 1939 à Bobbio, province de Plaisance, Italie.

Biographie

Marco Bellocchio a fait ses études à l’Académie d’art dramatique de Milan et au Centre du Cinéma Expérimental (Centro sperimentale).

Dès son premier film, précurseur des mouvements sociaux de Mai 1968, Les Poings dans les poches (Pugni in tasca, 1965), les critiques cinématographiques le remarquent. S'écartant du cinéma néoréaliste, il s’attaque aux symboles conformistes italiens et esquisse une œuvre politiquement engagée. Les Poings dans les poches met en avant la révolte de la jeunesse. Il continue dans cette direction et dénonce le rôle de la religion dans Au nom du père (Nel nome del padre, 1971) et La Marche triomphale (Marcia trionfale, 1976). Grâce au Saut dans le vide (Salto nel vuoto, 1980), les acteurs français Michel Piccoli et Anouk Aimée gagnent respectivement, au 33e Festival de Cannes, les Prix du meilleur acteur et de la meilleure actrice.

Après cette période, il change de registre et se tourne vers la réalisation de films plus subversifs. La projection du Diable au corps (Il diavolo in corpo, 1986), qui présente des scènes de sexe explicites, provoque un scandale à Cannes. Son adaptation littérale d’une œuvre de Luigi Pirandello, La Nourrice (La Balia, 1999), déroute. Son film Le Sourire de ma mère (L'Ora di religione : Il sorriso di mia madre, 2002) gêne le Vatican. Il est aussi le premier à avoir mis en scène l’assassinat d’Aldo Moro dans le film Buongiorno, Notte (2003), unanimement salué lors de sa projection à la Mostra de Venise. Vincere', qui revient sur la vie d'Ida Dalser et de l'ascension au pouvoir de Benito Mussolini, fait partie de la sélection officielle du Festival de Cannes 2009.

Il annonce ensuite son intention de faire un film inspiré de l'histoire d'Eluana Englaro. En dépit des difficultés de production, le film, La Belle Endormie, est présenté en compétition lors de la Mostra de Venise 2012. Il traite du thème de l'euthanasie et de la difficulté d'avoir une loi sur la fin de vie dans un pays, l'Italie, où l'influence de l'Église catholique est majeure.

Filmographie (réalisateur)


Retrouvez tous les détails de la filmographie de Marco Bellocchio sur sa fiche IMDB

Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique