Martin Provost

De Cinéann.

Version du 17 juillet 2020 à 07:03 par MariAnn (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Martin Provost , réalisateur français né en 1957 à Brest

Biographie

Né à Brest, il rêve de devenir cinéaste, mais son père, officier de marine, lui déconseille de tenter l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques) à cause de son niveau déplorable dans toutes les matières scientifiques, qui à l’époque étaient exigées au concours d’entrée. Il décide de devenir acteur, et à dix-huit ans, part pour Paris et entre au cours Simon.

Très vite, il décroche son premier rôle en 1976 dans Néa de Nelly Kaplan, puis, en 1977, celui de Philippe de Plessis-Vaudreuil dans la saga Au plaisir de Dieu de Robert Mazoyer.

En 1990, il cesse toute activité de comédien pour se consacrer à l’écriture et au cinéma. Il écrit de nombreuses pièces radiophoniques, notamment pour les enfants, et est récompensé pour tout son travail à France Culture par le prix SACD en 2006.

Martin Provost décide de passer derrière la caméra dans les années 1990. En 1988, il écrit son premier scénario, Aime-moi vite.

Il tourne son premier long métrage en 1997. Tortilla et Cinéma raconte l’histoire d’un jeune metteur en scène aux prises avec la difficulté de faire son premier film. Carmen Maura y joue son propre rôle. Ce premier film est une ébauche qui contient tout ce qui viendra ensuite, le cinéaste s’exprimant déjà de façon très personnelle dans un univers à la fois poétique et introspectif.

En 2006, le scénario de Séraphine reçoit à l’unanimité le grand prix du meilleur scénariste. Le film sera salué par la critique et le public. Avec Séraphine, Martin Provost trouve et impose son style, une narration dépouillée à l’extrême et une spiritualité presque animiste, la nature étant pour lui un partenaire à part entière et non un simple décor.

Avec ses producteurs et la complicité de Dina Vierny, ils réussissent à réunir les œuvres de Séraphine de Senlis au musée Maillol à la sortie du film. L’exposition est couronnée de succès et réhabilite aux yeux du public l’œuvre de la peintre Séraphine de Senlis.

Le film est couronné par sept césars dont celui du meilleur film. Yolande Moreau est récompensée par le césar de la meilleure actrice, Martin Provost reçoit deux césars: celui du meilleur scénario et celui du meilleur film.

Filmographie

  • 1990 : J'ai peur du noir (court-métrage)
  • 1992 : Cocon (court-métrage)
  • 1997 : Tortilla y cinema
  • 2003 : Le Ventre de Juliette
  • 2008 : Séraphine
  • 2011 : Où va la nuit
  • 2013 : Violette
  • 2017 : Sage Femme
  • 2020 : La Bonne Épouse
Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique