Monsieur Hire

De Cinéann.

Version du 2 février 2009 à 16:32 par MariAnn (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Monsieur Hire film français de Patrice Leconte sorti en 1989.

Sommaire

Analyse critique

Monsieur Hire est un tailleur misanthrope, qui espionne par la fenêtre sa voisine d'en face dont il est tombé amoureux. M. Hire vit depuis des années dans le même appartement, ni pauvre ni riche. Alice, qui loge dans un studio juste en face, se rend brusquement compte qu'il l'observe depuis des mois. Il sait tout d'elle et en tombe amoureux, alors qu'Alice est éprise d'Émile et prête à tout pour le protéger. En arrière-plan se déroule une enquête sur le meurtre non résolu d'une jeune femme. Alors que le vrai coupable est Émile, Monsieur Hire est soupçonné par l'inspecteur chargé de l'affaire.

Dans M. Hire, c'est l'Amour qui caractérise le personnage incarné par Michel Blanc. Magnifique Amour qui l'enlève des bras des prostituées. Étrange Amour qui le laisse littéralement collé à sa fenêtre pour observer l'être aimé. Curieux Amour qui fait qu'il va la suivre presque partout, au point de connaître d'elle presque tout depuis qu'elle s'est installée en face de son appartement. Inlassable Amour qui le tient éveillé, même quand elle dort. Amour vrai qui l'amène à cacher la vérité à la police concernant cette fille et le petit ami dont elle s'est entiché.

Et enfin, impossible Amour qui va s'opposer à la méchante Justice. Eh oui, aux yeux de cette justice décidément très injuste, la belle est coupable de complicité de meurtre.

Pour nous faire croire au bien fondé de l'action amoureuse de Monsieur Hire, quoi de mieux que de donner les éléments de l'injustice ?

Car le monde est bien injuste. Injuste parce que celui qui nous apparaît comme un ermite au début est injustement détesté par tout le monde (sauf au bowling). Injuste parce que c'est encore lui qui est injustement soupçonné du meurtre qu'il cherche à couvrir (on le voit se prêter au jeu des reconstitutions et être soumis à la mémoire hésitante et défaillante d'un témoin). Injuste, parce qu'il est possible que le meurtre ne soit "qu'un accident". Injuste parce qu'à la fin, c'est lui qui meurt, lui qui n'avait rien à voir dans l'histoire, injustement accusé par celle qu'il aime... Injustice suprême, que d'être victime de son Amour !

Patrice Leconte tenait à ce qu'on ne puisse pas identifier avec précision la période et le lieu du film. Ainsi, bien que la "capitale" soit évoquée, on y parle de "Gare Centrale", et une scène a été tournée dans le tramway bruxellois. C'est donc un mélange de Paris et de Bruxelles.

Le récit de Simenon s'appelait «les Fiançailles de Monsieur Hire». Patrice Leconte n'a pas gardé ce titre, mais en a conservé l'esprit. C'est bien une cérémonie à laquelle nous assistons, une cérémonie funèbre, le sacrifice d'un homme dont l'amour illumine un instant la vie en même temps que l'éclair du ciel révèle à la femme qu'il contemple et qu'il aime sa face atroce et blafarde de voyeur immobile.

Distribution

Hire.jpg

Fiche technique

Distinctions


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique