Suzanne Schiffman

De Cinéann.

Version du 17 mars 2010 à 21:41 par MariAnn (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Suzanne Schiffman est une assistante, scénariste, réalisatrice du cinéma français. Elle est née à Paris en 1929 (Suzanne Klochendler) et est décédée à Paris en juin 2001

Sommaire

Biographie

Cette femme énergique est une figure peu connue mais essentielle dans l'histoire du cinéma de la Nouvelle vague, en particulier aux cotés de François Truffaut.

D'origine juive, c'est elle la jeune fille qui cache son étoile jaune derrière son foulard pour aller aux spectacles.

40 ans plus tard elle introduira cette épisode dans le scénario du film le Dernier Métro.

Dès 1949, elle fait partie du petit groupe des cinéphiles parisiens qui, fréquentant les ciné-clubs et surtout la Cinémathèque, se forment à la vision de centaines de films. Elle y rencontre Truffaut, de trois ans son cadet et ils partagent vite les mêmes goûts pour les films d'auteurs. Après un séjour aux États-Unis et au Mexique, elle passe, du côté de la réalisation, occupant presque toutes les places possibles: scripte, assistante, scénariste et quelquefois doublure, infirmière ou psychologue. Elle dirigera elle-même, à la fin de sa carrière, après la mort de Truffaut.

En 1958, elle commence ce rôle sur le plateau de 'Paris nous appartient', de Jacques Rivette, puis continue avec Truffaut dès l'année suivante et la préparation de Tirez sur le pianiste, enfin poursuit avec Jean-Luc Godard sur le tournage de Une femme est une femme, en 1960

Elle collabore avec Godard sur quatre films entre 1960 et 1963 : le Mépris, Pierrot le fou, Week-end et Le Petit Soldat, et sur sept films avec Rivette dont : le Pont du Nord, Merry-Go-Round, l'Amour par terre, Hurlevent, entre 1981 et 1985. Elle travaille également avec Pascal Thomas Pleure pas la bouche pleine, et Gérard Brach pour son excellent Le Bateau sur l'herbe.

Mais c'est surtout avec François Truffaut - elle est la co-scénariste du dernier aventure d'Antoine Doinel, l'Amour en fuite - et jusqu'à son dernier film Vivement dimanche ! en 1983 qu'elle fut la plus remarquable, participant à plus de vingt films :

D'abord scripte à partir de Tirez sur le pianiste (1960) puis assistante à partir de L'Enfant sauvage (1970), elle développa, film après film, une connivence avec le metteur en scène et le seconda avec une rare complémentarité. C'est avec la Nuit américaine (1974) que Truffaut décide de la créditer comme co-scénariste au générique de ses films. Elle fut présente à tous les stades de l'élaboration des films: de l'idée originelle au mixage. Truffaut lui rend hommage à travers le personnage de la scripte Joëlle, déterminée et amoureuse de son métier dans la Nuit américaine

Elle obtient le César du meilleur scénario en 1981 pour le Dernier Métro. Outre le détail de l'écharpe et de l'étoile jaune, elle introduit des épisodes qu'elle a vécu sous l'occupation. Ainsi, son père, juif polonais vécut caché dans un grenier, comme le père de Rosette dans le film et comme le personnage principal Lucas vit dans sa cave.

En 1986, Suzanne Schiffman passe à la réalisation, et tourne le Moine et la sorcière, ambitieuse fable moyenâgeuse située dans un petit village corrézien. En 1989 et 1992, suivent Femme de papier où elle dirige Jean-Pierre Léaud, acteur fétiche de Truffaut, et le Jour et la nuit, où apparaissent la rigueur et le sens du détail de cette femme de caractère.

Filmographie

Réalisatrice

Scénariste

Assistant réalisateur


Retrouvez tous les détails de la filmographie de Suzanne Schiffman sur sa fiche IMDB

Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique