Tatouage

De Cinéann.

Version du 18 janvier 2008 à 21:18 par MariAnn (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Tatouage (刺青 Irezumi) est un film japonais réalisé par Yasuzo Masumura, sorti en 1966.

Analyse

Fuyant son père et sa famille entière parce que ces derniers n'ont pas voulu accepter la relation amoureuse improbable qu'elle entretient avec un simple commis, Otsuya trouve refuge chez un ami, le dénommé Gonji. La jeune femme et son amant vont alors connaître les pires mésaventures qui soient : Gonji tentera en effet d'assassiner le naïf apprenti, tandis que dans un même temps ce prétendu ami empochera une belle somme d'argent en revendant Otsuya à une maison de Geisha.

Otsuya est humiliée, mais toujours rebelle et revendicative. Car à partir du jour où un mystérieux tatoueur lui gravera une araignée dévoreuse à même le dos, Otsuya se révélera être une véritable prêtresse vengeresse : le plus bel ange exterminateur qui soit.

À partir de la nuit du tatouage, les traits de personnalités sont poussés à leurs extrêmes. La beauté de la femme devient un piège pour tous les hommes, elle arrive à obtenir ce qu’elle veut. Elle est déterminée à se venger des hommes ainsi qu’à s’enrichir, l’amour classique disparaît de son esprit. À noter qu’à l’origine, le comportement de la femme semble ambigu, difficile de savoir si elle aime vraiment l’apprenti ou si elle n’y voit qu’une occasion de fuir la bourgeoisie et ses obligations. Du côté de l’homme, la peur et l’indécision résistent un temps, jusqu’à ses retrouvailles avec la femme où il va se transformer doucement en tueur. Il est poussé par ce qu’il croit être de l’amour, ses meurtres sont ceux de la passion.

Le film est dominé par les barrières que les personnages essayent de franchir. Masumura exploite les portes et fenêtres pour composer ses cadres et par moment y enfermer ses personnages. On verra souvent les individus parler à travers des portes fermées, quelque fois ouvertes. Ce qui permet aux curieux de pouvoir écouter ou voir ce qui se déroule à l’intérieur d’une pièce tout comme cela peut laisser aux personnages un reste d’intimité, pouvoir se cacher derrière une porte fermée. Quelque soit l’idée, les individus sont entourés par ces limites, même en pleine nature comme lors du meurtre en foret, on remarque des troncs en guise de barrières. D’ailleurs, les deux dernières plans, peut-être ironiques vu le final, viennent délimiter l’espace des hommes, des visages.

Par le tatoueur, Masumura s’intéresse aussi au rôle de l’artiste dans la société. Ici, le personnage fait ressortir toutes les pulsions enfouies des individus, il fait rentrer les valeurs de la société dans la chair humaine. L’artiste est un fin observateur, capable de voir précisément la réalité des esprits. L’araignée devient son chef d’œuvre parce qu’il trouve la personne parfaite capable de rendre possible cette horreur, mélangeant sa vision et les pulsions du corps receveur. D’une certaine façon, les hommes vont vouloir se conformer au travail de l’artiste, devenir comme un dessin quelconque.

Tatouage.jpg

Distribution

  • Ayako Wakao : Otsuya
  • Akio Hasegawa : Shinsuke
  • Gaku Yamamoto : Le tatoueur Seikichi
  • Kei Sato : Hatamoto Serizawa
  • Reiko Fujiwara : Otaki
  • Kikue Môri : La mère de Shinsuke
  • Fujio Suga : Kenji
  • Asao Uchida : Tokubei

Fiche technique

  • Titre : Tatouage
  • Titre original : Irezumi 刺青
  • Réalisation : Yasuzo Masumura
  • Scénario : Kaneto Shindô, d'après le roman de Junichirô Tanizaki
  • Production : Hiroaki Fujii
  • Photographie : Kazuo Miyagawa
  • Montage : Kanji Suganuma
  • Pays d'origine : Japon
  • Durée : 86 minutes
  • Date de sortie : 15 janvier 1966 (Japon)

Tatouage1.jpg


Cette page utilise tout ou partie du contenu de fr.film.wikia. L'original de l'article est à Tatouage . La liste des auteurs se trouve dans historique. Le texte de cette page tout comme celui-ci est disponible sous GNU Free Documentation License.
Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique