Vivement dimanche !

De Cinéann.

Version du 1 juin 2020 à 20:16 par MariAnn (discuter | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)

Vivement dimanche ! film français réalisé par François Truffaut, sorti en 1983.

Analyse critique

Barbara est la secrétaire de Julien Vercel , agent immobilier. Secrètement amoureuse de lui, elle va l'aider à se tirer d'affaire lorsqu'il est accusé de deux meurtres. Julien, recherché par la police, se cache, tandis que Barbara mène l'enquête.

Un certain Massoulier est tué d’une balle dans la tête lors d’une partie de chasse. Julien Vercel, directeur d’une agence immobilière, est accusé d’homicide : en effet, Vercel se trouvait sur les lieux du crime et en plus, on retrouve ses empreintes sur la voiture de Massoulier. Un peu plus tard, on retrouve assassinée la femme de Vercel, Marie-Christine, qui était en fait la maîtresse de Massoulier.

Devant tant de soupçons, Julien Vercel décide de s’enfuir pour mener lui-même l’enquête. Il va trouver une aide précieuse auprès de sa secrétaire, Barbara Becker.

Pour se qui sera son dernier film Truffaut revient au policier et ose le Noir et Blanc, dans un ultime hommage à Hitchcock. Cest l'histoire d'une passion tragique, mêlant noirceur et légèreté. Comme souvent dans ses films, c'est la femme qui est forte et menne le jeu. Comme Julien doit se cacher, il est réduit à l'impuissance.

Le schéma général présente beaucoup de points communs avec la construction d'Hitchcock: un faux coupable qui ne fait pas confiance à la police pour se disculper. Une forte opposition au début entre les deux héros qui va progressivement s'estomper et finir en amour.

S'il sent son scénario parfois tangent, Truffaut sait que la vitesse lui donne une chance de s'en tirer. Il fait parler ses comédiens avec le même débit que la comédie américaine : «Ici, contrairement à ce qu'elle faisait dans La Femme d'à côté, Fanny Ardant doit parler vite comme dans un film doublé. C'est la consigne que j'ai donnée à tous les acteurs.

Il souhaite un tournage rapide en sept semaines avec un rythme soutenu et peu de prises, et, au montage, il lui paraît à nouveau nécessaire de resserrer. C'est sur cette sensation de vitesse et d'impertinence qu'il souhaite terminer son film. Vivement dimanche ! est aussi pour Truffaut l'occasion de réaffirmer des principes esthétiques et une indépendance artistique. Le cinéaste tient 2 tourner le film en noir et blanc et se battra pour cela, même si cela rend la recherche du financement plus difficile.

Il déclare : Je crois que l'utilisation du noir et blanc nous aidera à retrouver ce charme disparu, je crois surtout que personne au monde ne réussira à me prouver que le noir et blanc est moins culturel que la couleur. Le principe admis, il fait soigner les costumes, notamment ceux de Fanny Ardant minutieusement choisis dans leurs contrastes de noir et de blanc.

Film où les dispositifs et les mises en situations priment sur le récit, Vivement dimanche! devient la démonstration de la maîtrise d'une mise en scène dont la précision ne cesse de s'affirmer dans tous les derniers films. Truffaut a commencé sa carrière en calquant plus ou moins sa caméra sur les mouvements des comédiens qu'il regardait d'abord évoluer dans l'espace offert, ce film est l'aboutissement d'un renversement du metteur en scène qui tourne de longs plans mobiles de plus en plus dirigés, où la caméra se déplace sans que le spectateur s'en aperçoive, en sachant au millimètre près ce qu'il veut obtenir a l'image et comment l'obtenir.

Distribution

Fiche technique


  • Nomination au César du meilleur réalisateur et meilleure actrice (Fanny Ardant) en 1984.


Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

vivementdimanche.jpg



Retrouvez tous les détails techniques sur la fiche IMDB

Outils personnels

Le cinéma de Nezumi; les artistes contemporains / Randonnées dans les Pyrénées

Les merveilles du Japon; mystérieux Viêt Nam; les temples et des montagnes du Népal ; l'Afrique