La construction du mur de Berlin ( 1961 )

Le mur de Berlin a séparé cette ville d'août 1961 à novembre 1989.

 

Pourquoi ?

Des raisons économiques :Des millions de personnes fuient la RDA pour une vie qu'ils espèrent meilleure. Une véritable hémorragie pour la zone soviétique, que les historiens chiffrent entre 2,6 et 3 millions d'hommes, de femmes et d'enfants.
Dans les années 70, le pays ne compte que 17 millions d'habitants. Ceux qui s'en vont "votent avec leurs pieds", quittant tout du jour au lendemain, même s'ils sont assurés de devenir automatiquement citoyens de la République fédérale. Le choix est parfois déchirant: des familles se divisent, des couples se séparent, l'un des deux conjoints préférant partir, l'autre décidant de rester.

Des raisons politiques :L'affaire est une question essentielle pour la survie du régime communiste. Ceux qui partent appartiennent aux forces vives de la République. Ils ont souvent reçu une formation. Ce sont donc autant d'éléments qui manquent pour la construction de la "patrie socialiste".
Peu à peu, l'idée fait son chemin de construire une barrière pour mettre un terme à la marée humaine qui quitte le pays.
En 1961, craignant la suppression des couloirs aériens, les réfugiés fuient en plus grand nombre encore par les points de passage de l'ex-capitale.
Aujourd'hui encore, on ne sait pas exactement qui a pris la décision de construire le Mur, de Khrouchtchev ou de son affidé est-allemand, le très stalinien Walter Ulbricht. Le 15 juin 1961, lors d'une rencontre avec la presse internationale, il déclare: "personne n'a l'intention de construire un mur. Les maçons de notre capitale sont d'abord occupés à construire des logements et leur force de travail est entièrement consacrée à cette tâche"

Moins de deux mois plus tard, au matin du 15 août 1961, policiers et militaires de la RDA barrent totalement les accès de Berlin-Ouest. Dans les jours qui suivent est érigé un mur flanqué de barbelés qui coupe la ville en deux.
La tension entre Etats-Unis et URSS est à son comble. Le 27 juin 1963, le président américain, John F. Kennedy effectue un déplacement à Berlin-Ouest. Il se rend au Mur de la honte en compagnie du très populaire bourgmestre social-démocrate, Willy Brandt, futur chancelier et prix Nobel de la paix.
Il prononce alors un discours dans lequel il déclare en allemand: "Ich bin ein Berliner", "Je suis un Berlinois". Une citation, restée fameuse, qui fait savoir aux Soviétiques et au reste du monde que les Etats-Unis n'abandonneront pas la ville divisée.

Il y aura plusieurs génération de murs.
Pendant un an, les évasions seront si nombreuses à travers le mur que la RDA renforcera le dispositif

- 1961-1ère génération : L'essentiel du mur est composé de barbelés avec à certains endroits des murs de briques surmontés de frises de barbelées.

- 1962-2ème génération : Le mur est réalisé sur 15 Km de long : des barricades sont érigées sur 130 Km, 165 miradors et 232 blockhaus surveillent les frontières.


- 1976-3ème génération : Ce mur de 3,60 m de haut est précèdé d'une zone large de 40 m à 1,5 Km, ce qui fait que les Allemands de l'Est ne pourront pas approcher le mur.

- 1989-4ème génération : Les autorités de l'est préparent le mur high-tech : intégrer un système de surveillance électronique. Les populations de l'Est en décideront autrement.

voir: La chute du Mur

Retour menu Berlin