Recherchez sur ce site

Sommaire (edit)

Le cinéma

Liens

Développé grâce à: pmwiki.org

Changements Récents Version imprimable Edition

La Ronde est un film français de Max Ophüls, sorti en 1950.

Analyse

Un meneur de jeu nous emmène devant un manège de chevaux de bois installé sur une place de Vienne en 1900. Il nous entraîne ensuite dans une ronde d'amour avec les personnages qu'il choisit : Il s'agit de 10 rencontre entre un homme et une femme, qui ont une rélation sexuelle. On assiste au jeu de la séduction et du pouvoir. L'acte lui-même n'est pas mis en scène. Le spectateur assiste aux préliminaires et à la fin des tête à tête. En partant de la prostituée, on rencontre des acteurs de toutes les classes de la Vienne de 1900.

  • prostituée - soldat
  • soldat - femme de chambre
  • femme de chambre - jeune homme
  • jeune homme - jeune femme
  • jeune femme - mari
  • mari - grisette
  • grisette - poète
  • poète - actrice
  • actrice - comte
  • comte - prostituée

Adapté de la pièce homonyme d'Arthur Schnitzler et bénéficiant de prestations des plus grandes vedettes du cinéma français de l'époque, la Ronde appartient à la tradition des films à sketches, mais Max Ophuls renouvelle ce genre par le choix d'une structure quasi abstraite très ambitieuse, notamment par le rôle polymorphe donné au meneur de jeu.

Avec ses décors de théâtre, ses allusions aux lois du spectacle, à la censure et aux péripéties du hasard que le meneur de jeu élude avec désinvolture, cette œuvre relève autant de l’expérience esthétique que d’une étude morale de l’amour et des hypocrisies, des faiblesses et des lâchetés du genre humain face au sexe et aux sentiments.

Derrière le pétillant jeu de masques et le carrousel des sensations, la Ronde dresse un constat presque amer de l’éternelle comédie du plaisir, mise en scène à grand renfort de mensonges. Du soldat qui ne fait pas de sentiments à la prostituée qui recherche un peu de tendresse, de la femme de chambre et de la grisette qui veulent croire en l'amour, et qui ne peuvent résister à l'ivresse sensuelle, à la femme mariée et à son mari, qui cherchent les émotions susceptibles de ranimer leur sexualité avec quelqu'un de plus jeune qu'eux, du cabotin poète à la comédienne, qui protègent leur égoïsme, au comte qui trouve sa vérité en traversant le miroir de sa classe sociale avec une prostituée, tous entrent dans un même tourbillon sexuel, où les sentiments disparaissent d'un partenaire à l'autre, et où le seul couple qui ne fait pas l'amour est celui des époux légitimes.

À sa sortie, le film est condamné pour son immoralité par plusieurs associations bien pensantes, mais rencontre néanmoins un grand succès public. La Ronde est l'un des films de la seconde moitié du XXème siècle qui ont été le plus mal compris et le plus dénigrés par les critiques, qui feront œuvre expiatoire quelques décennies plus tard en sombrant dans l'admiration béate. Film avant-gardiste dans tous les sens de l'expression, La Ronde oscille inlassablement entre réalité, fiction et artifice. Le narrateur s'adresse directement à la caméra et décrit l'action de façon purement symbolique, loin de la sacro-sainte approche "littérale" des cinéastes d'Hollywood.

Distribution

  • Anton Walbrook : Le narrateur
  • Simone Signoret : Leocadie, la prostituée
  • Serge Reggiani : Franz, le soldat
  • Simone Simon : Marie, la bonne
  • Daniel Gélin : Alfred
  • Danielle Darrieux : Emma Breitkopf
  • Fernand Gravey : Charles Breitkopf
  • Odette Joyeux : Anna, la grisette
  • Jean-Louis Barrault : Robert Kuhlenkampf, le poète
  • Isa Miranda : Charlotte, l'actrice
  • Gérard Philipe : Le comte

Fiche technique

  • Réalisateur: Max Ophüls
  • Scénario: Jacques Natanson et Max Ophüls, d'après le roman d' Arthur Schnitzler
  • Musique originale : Oscar Straus
  • Image : Christian Matras
  • Montage :Léonide Azar
  • Durée : 97 minutes
  • Date de sortie : 27 septembre 1950 (Paris)
Reproduction possible des textes sans altération, ni usage commercial avec mention de l'origine. .88x31.png Credit auteur : Ann.Ledoux