Recherchez sur ce site

Sommaire (edit)

Le cinéma

Liens

Développé grâce à: pmwiki.org

Changements Récents Version imprimable Edition

Les Parapluies de Cherbourg est un film franco -allemand (1964?) musical de Jacques Demy.

Analyse

En 1957, Madame Emery et Geneviève, sa fille, vendent des parapluies dans une boutique de Cherbourg. Geneviève est amoureuse de Guy, le garagiste. Ce dernier doit partir pour la guerre d'Algérie.

Madame Emery ne voit pas d'un bon œil la relation de la jeune fille avec ce jeune mécanicien qui n'a même pas fait son service militaire. Elle préférerait la voir épouser Roland , un bijoutier fortuné, prêt à aider Madame Emery à sortir d'une situation financière délicate.

Guy est appelé à l'armée. Il doit laisser sa vieille tante Élise aux bons soins de Madeleine. Geneviève se donne à Guy avant son départ. Elle promet de l'attendre.

Janvier 1958. Les nouvelles de Guy se font rares. Geneviève est enceinte de lui. Roland Cassard demande la main de Geneviève et il évoque un amour malheureux, celui de Lola dans le cadre de la ville de Nantes. Quelques mois plus tard, poussée par sa mère, Geneviève accepte d'épouser Roland Cassard qui élèvera l'enfant qu'elle porte comme s'il s'agissait du sien.

Mars 1959. Guy est de retour d'Algérie, blessé à la jambe. Geneviève et sa mère ont quitté la ville. Il reprend son travail au garage, mais le quitte bientôt pour errer sans but. Sa tante meurt. Grâce à l'argent qu'il en hérite, Guy prend en gérance une station-service et épouse Madeleine amoureuse de lui en secret depuis longtemps.

Décembre 1962. Une Mercédes s'arrête pour prendre de l'essence. C'est la veille de Noël. Il neige. Guy reconnaît Geneviève aux côtés de sa propre fille. Mais ils n'ont plus rien à se dire. La voiture s'éloigne tandis que Madeleine et son fils reviennent avec des cadeaux plein les bras.

C'est une petite révolution dans la comédie musicale. Chanter devient aussi naturel que respirer ou cligner des paupières. C'est un des deux films entièrement chantés de Jacques Demy. Le deuxième est Une Chambre en ville

Dès le générique, filmé du haut du ciel, comme si le destin s'était emparée de la caméra, le ton est donné. Rouges, bleus, verts, jaunes, roses, les parapluies défilent en cadence sur le pavé mouillé, avant de laisser la couleur noire fermer le cortège : quatre grands parapluies, deux petits.. clin d'oeil sinistre à la situation fimiliale des personnages à la fin du film.

Les femmes mures chez Demy sont filles-mères. La rancoeur des parents aigris enveloppe les relations amoureuses. Les différences sociales sont plus redoutables encore. Le seul élément positif est la victoire de Madeleine.

Les séquences du film sont très précisément datées et rendent compte avec beaucoup de réalisme d'une réalité économique, sociale et politique (les événements en Algérie?) tels qu'ils pouvait être vécus et perçus. C'est le contrepied réaliste qui équilibre les autres partis-pris poêtiques: dialogues intégralement chantés, décors aux couleurs poussées.

Le personnage de Roland Cassard est le même que celui du protagoniste de Lola?, de Jacques Demy également. « Autrefois, j'ai aimé une femme... » chante-t-il en y faisant allusion lors du dîner. Il est interprété par le même acteur : Marc Michel?.

Distribution

Fiche technique

Récompenses



Original: source Wikipédia

Reproduction possible des textes sans altération, ni usage commercial avec mention de l'origine. .88x31.png Credit auteur : Ann.Ledoux