Recherchez sur ce site

Sommaire (edit)

Le cinéma

Liens

Développé grâce à: pmwiki.org

Changements Récents Version imprimable Edition

Robert Bresson (1901-1999) est un réalisateur français.

Filmographie

  • 1934 : Les Affaires publiques (court métrage aujourd'hui invisible selon le vœu du cinéaste. Une copie est néanmoins conservée par la Cinémathèque française.)
  • 1943 : Les Anges du péché
  • 1945 : Les Dames du Bois de Boulogne
  • 1951 : Le Journal d'un curé de campagne
  • 1956 : Un condamné à mort s'est échappé (ou Le vent souffle où il veut)
  • 1959 : Pickpocket
  • 1962 : Procès de Jeanne d'Arc
  • 1966 : Au hasard Balthazar
  • 1967 : Mouchette
  • 1969 : Une femme douce
  • 1971 : Quatre nuits d'un rêveur
  • 1974 : Lancelot du Lac
  • 1977 : Le Diable probablement
  • 1983 : L'Argent

Biographie

Robert Bresson est né le 25 septembre 1901 à Bromont-Lamothe(Puy-de-Dôme)

D'abord peintre et photographe, Robert Bresson réalise son premier film en 1934 : Les Affaires publiques. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il est prisonnier plus d'un an dans un camp allemand.

En 1943, il réalise son premier long métrage, Les Anges du péché. Puis, c'est une lecture de Jacques le fataliste de Denis Diderot qui lui inspire Les Dames du Bois de Boulogne en 1945, avec des dialogues de Jean Cocteau.

Le cinéma de Bresson est souvent marqué par l'interaction entre le monde intérieur de l'esprit et de la réalité externe d'un monde physique brutal. C'est particulièrement évident dans Journal d'un curé de campagne, où les pensées du jeune curé solitaire sont transmises à nous quand il écrit son journal intime, tandis qu'il lutte contre une maladie débilitante et un rejet social de ses paroissiens.

Les autres thèmes significatifs des films de Bresson sont la prise d'un individu par un destin inéluctable - le meilleur exemple étant L'Argent - et la capacité de l'esprit humain de supporter des difficultés physiques injustes (Procès de Jeanne d'Arc et Au hasard Balthazar). Ces thèmes ne sont pas essentiellment religieux mais plutôt, des éléments du religieux qui nous emmènent à une analyse plus profonde du psyche humain.

Un autre dispositif distinctif des films de Bresson est l'utilisation d'acteurs non-professionnels. Bresson a préféré former ses propres acteurs (qu'il a nommés des 'modèles') au lieu d’engager des acteurs professionnels. Ceci lui a permis de créer un réalisme particulier reposant sur l'intensité des sentiments intimes et basé sur une grande précision de description.

Dans une carrière de 40 ans, Bresson n’a fait que 13 longs métrages. Aucun de ses films n'a été un grand succès commercial, mais chacun d'eux a d'ardents défenseurs parmi les cinéphiles. Bresson a reçu le prix spécial au festival de Cannes en 1962 pour Procès de Jeanne d'Arc et le grand prix à Cannes en 1983 pour L'Argent.

En 1975, il publie Notes sur le cinématographe (NRF), recueil d'aphorismes dans lequel il défend sa vision du cinématographe qu'il distingue du cinéma. Il pense en effet que le cinéma n'est qu'un théâtre filmé tandis que le cinématographe invente une écriture nouvelle avec des images en mouvement et des sons mises en relation par le montage.

En 1995, l'ensemble de son œuvre cinématographique est distinguée par le Prix René Clair.

Robert Bresson est décédé le 18 décembre 1999 à Droue-sur-Drouette (Eure-et-Loir).

Reproduction possible des textes sans altération, ni usage commercial avec mention de l'origine. .88x31.png Credit auteur : Ann.Ledoux