Recherchez sur ce site

Sommaire (edit)

Le cinéma

Liens

Développé grâce à: pmwiki.org

Changements Récents Version imprimable Edition

Vittorio De Sica est un acteur, réalisateur et scénariste italien?, tant de théâtre que de cinéma, né à Sora (un village de moyenne montagne de la province de Frosinone, dans la région du Latium, à mi-chemin entre Rome et Naples) le 7 juillet 1901, décédé d'un cancer du poumon à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine, France) le 13 novembre 1974, à l'âge de 73 ans.

Biographie

Peu après sa naissance, son père Umberto De Sica, employé de banque et assureur, avec lequel il eut toujours des rapports très étroits et auquel il dédiera son film Umberto D., et sa mère napolitaine viennent s'installer à Naples, où ils vivront jusqu'en 1914. Dès le début de la Première Guerre mondiale, la famille émigre à Florence, où le jeune Vittorio, âgé d'à peine quinze ans, commence à s'initier à la scène dans des petits spectacles offerts aux soldats hospitalisés. Ce sera ensuite le départ définitif pour Rome.

Durant ses études (de comptabilité), il obtient, grâce à un ami de la famille, un petit rôle dans un film muet sous la direction d'Alfredo De Antoni, L'Affaire Clémenceau (Il Processo Clemenceau) en 1917. Il continue cependant ses études et, après l'obtention de son diplôme, ce n'est qu'en 1923 qu'il va embrasser sa carrière de théâtre. Ce sera d'abord, pendant deux ans, au sein de la compagnie de la célèbre actrice Tatiana Pavlova, puis en 1925 dans celle d'Italia Almirante, célébrité du cinéma muet, et en 1927 dans la compagnie de Luigi Almirante, Sergio Tofano, et Giuditta Rissone qui deviendra par la suite son épouse.

En 1930, il fait la connaissance de Mario Mattoli qui lui offrira en 1932 le rôle d'un jeune homme brillant et désinvolte dans le film Les Hommes, quels mufles ! (Gli Uomini, che mascalzoni !), rôle qui le fera connaître du grand public italien.

Il n'abandonne pas pour autant le théâtre auquel il restera fidèle jusqu'en 1949, créant même, en 1933, sa propre troupe théâtrale avec son épouse Giuditta Rissone et Sergio Tofano pour des représentations versant plutôt dans le genre comique. Toujours sur les planches, Alessandro Blasetti et Luchino Visconti le feront jouer dans des pièces d'auteurs célèbres tels que Langdon Martin, Luigi Pirandello, Jason Priestley, Beaumarchais, William Saroyan ou Fernand Crommelynck.

Au cinéma, de Sica sera d'une grande fidélité aux réalisateurs de ses débuts. Il tournera très souvent devant les caméras d'Amleto Palermi, Mario Camerini, Carlo Ludovico Bragaglia, Mario Mattoli.

C'est au début des années 40 qu'il va donner ses propres premiers « tours de manivelle » en produisant des films plutôt moyens tels que Madeleine, zéro de conduite (Maddalena, zero in condotta) ou Roses écarlates (Rose scarlatte) en collaboration avec Giuseppe Amato. Le film Mademoiselle Vendredi (Teresa Venerdì) aura le mérite de faire connaître Anna Magnani du grand public. C'est en 1944, que de Sica va faire une entrée remarquée dans le monde du néoréalisme avec Les Enfants nous regardent (I Bambini ci guardano) grâce, essentiellement, à sa collaboration avec le scénariste Cesare Zavattini, entraînant avec lui Marcello Mastroianni.

Quatre grands films du genre suivront, qui seront des chefs d'œuvre du cinéma mondial : Sciuscià en 1946, Le Voleur de bicyclette (Ladri di biciclette) en 1948, Miracle à Milan (Miracolo a Milano) en 1951 et Umberto D. en 1952. Cette période marquera l'apogée du réalisateur qui, bien sûr, renouera avec le succès mais de façon plus espacée.

Parmi ses œuvres de gloire, en tant que réalisateur, il faut citer L'Or de Naples (L'Oro di Napoli) en 1954, La Paysanne aux pieds nus (La Ciociara) en 1960, Hier, aujourd'hui et demain (Ieri, oggi, domani) en 1963 et Le Jardin des Finzi-Contini (Il Giardino dei Finzi Contini) en 1971. Sophia Loren en tant qu'actrice, sera le principal succès de Vittorio de Sica : grâce à ses participations dans ses films, elle ira jusqu'à obtenir le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes, l'Oscar de la meilleure actrice, un Prix David di Donatello, un Ruban d'argent, et un NYFCC Award pour La Paysanne aux pieds nus (La Ciociara). Elle sera également récompensée pour Hier, aujourd'hui et demain (Ieri, oggi, domani), Mariage à l'italienne (Matrimonio all'italiana), Les Fleurs du soleil (I Girasoli) et Le Voyage (Il Viaggio).

En sa qualité d'acteur, il ne faut pas omettre la prestation fournie en 1953 dans Pain, amour et fantaisie (Pane, amore e fantasia) de Luigi Comencini aux côtés de Gina Lollobrigida, et celle de 1959 dans Le Général della Rovere (Il Generale della Rovere) de Roberto Rossellini.

Au plan sentimental et familial, après son mariage de 1937 avec Giuditta Rissone rencontrée sur les planches dix ans plus tôt et dont il aura une fille, Emi, il va se lier à partir de 1942 avec une actrice espagnole , Maria Mercader, rencontrée sur le tournage d'un de ses propres films, Un garibaldien au couvent (Un garibaldino al convento). Divorcé d'avec Giuditta Rissone au Mexique, il se marie dans ce même pays avec Maria Mercader : la loi italienne ne reconnaît pas ces divorce et mariage. Pour pallier ces contretemps, il se fait naturaliser français et se marie à nouveau avec Maria Mercader à Paris en 1968. Ils auront ensemble deux fils, Manuel en 1949, qui deviendra compositeur de musiques de films et Christian en 1951, qui suivra les traces de son père en devenant acteur, réalisateur et scénariste.

Filmographie(réalisateur)

  • 1940 : Madeleine, zéro de conduite (Maddalena, zero in condotta)
  • 1940 : Roses écarlates (Rose scarlatte) co-réalisation de Giuseppe Amato avec Renée Saint-Cyr
  • 1941 : Mademoiselle Vendredi (Teresa Venerdì) avec Anna Magnani,
  • 1942 : Un garibaldien au couvent (Un garibaldino al convento)avec María Mercader
  • 1944 : Les Enfants nous regardent (I Bambini ci guardano) avec Marcello Mastroianni
  • 1945 : La Porte du ciel (La Porta del cielo) avec Carlo Ninchi, María Mercader
  • 1946 : Sciuscià avec Franco Interlenghi
  • 1948 : Le Voleur de bicyclette (Ladri di biciclette)
  • 1948 : Les Belles années (Cuore) coréalisé avec Duilio Coletti avec María Mercader
  • 1951 : Miracle à Milan (Miracolo a Milano)
  • 1952 : Umberto D. avec Carlo Battisti
  • 1953 : Les Amants de Villa Borghese (Villa Borghese) coréalisé avec Gianni Franciolini, épisode Incidente a Villa Borghese avec Eduardo de Filippo, Terence Hill, François Périer, Gérard Philipe, Micheline Presle
  • 1954 : L'Or de Naples (L'Oro di Napoli) avec Totò, Sophia Loren, Paolo Stoppa, Silvana Mangano
  • 1956 : Le Toit (Il Tetto)
  • 1958 : Anna de Brooklyn Anna di Brooklyn et Carlo Lastricati avec Gina Lollobrigida, Peppino de Filippo, Terence Hill
  • 1960 : La Ciociara (La Paysanne aux pieds nus) avec Sophia Loren, Jean-Paul Belmondo, Carlo Ninchi
  • 1961 : Le Jugement dernier (Il Giudizio universale)
  • 1962 : Les Séquestrés d'Altona (I Sequestrati di Altona) avec Sophia Loren, Maximilian Schell, Fredric March, Robert Wagner
  • 1962 : Boccace 70 (Boccaccio '70) co-réalisation, épisode La Loterie (La Riffa)
  • 1963 : Hier, aujourd'hui et demain (Ieri, oggi, domani) avec Sophia Loren, Marcello Mastroianni
  • 1963 : Il boom avec Alberto Sordi
  • 1964 : Mariage à l'italienne (Matrimonio all'italiana) avec Sophia Loren, Marcello Mastroianni
  • 1966 : La Chasse au renard (Caccia alla volpe) avec Peter Sellers, Victor Mature, Paolo Stoppa
  • 1966 : Un monde nouveau (Un mondo nuovo) avec Madeleine Robinson, Pierre Brasseur, Georges Wilson, Jean-Pierre Darras
  • 1967 : Sept fois femme (Sette volte donna) avec Vittorio Gassman, Rossano Brazzi, Michael Caine, Anita Ekberg, Shirley Mac Laine, Judith Magre, Elsa Martinelli, Philippe Noiret, Peter Sellers
  • 1967 : Les Sorcières (Le Streghe), co-réalisation,segment Une soirée comme les autres (Una Sera come le altre) avec Silvana Mangano
  • 1968 : Le Temps des amants (Amanti) avec Faye Dunaway, Marcello Mastroianni
  • 1970 : Drôles de couples (Le coppie) co-réalisation, épisode Le Lion (Il Leone) avec Alberto Sordi, Monica Vitti
  • 1970 : Le Jardin des Finzi-Contini (Il Giardino dei Finzi Contini) avec Dominique Sanda, Fabio Testi, Helmut Berger
  • 1970 : Les Fleurs du soleil (I girasoli) avec Sophia Loren, Marcello Mastroianni
  • 1971 : Les Chevaliers de Malte (I cavalieri di Malta), documentaire télévisé
  • 1971 : Dal referendum alla Costituzione, ovvero il 2 giugno - Nascita della Repubblica, documentaire télévisé
  • 1972 : Lo chiameremo Andrea avec Nino Manfredi
  • 1973 : Brèves rencontres (Una breve vacanza) avec Renato Salvatori, Florinda Bolkan
  • 1974 : Le Voyage (Il Viaggio) avec Richard Burton, Sophia Loren

Récompenses

  • 1946 : Ruban d'argent de la meilleure réalisation pour Sciuscià
  • 1948 : Ruban d'argent du meilleur acteur principal pour Les Belles années (Cuore)
  • 1949 : Rubans d'argent :
    • de la meilleure réalisation pour Le Voleur de bicyclette (Ladri di biciclette)
    • du meilleur scénario (partagé avec son équipe) pour Le Voleur de bicyclette (Ladri di biciclette)
  • 1949 : NBR Award du meilleur réalisateur pour Le Voleur de bicyclette (Ladri di biciclette)
  • 1949 : Prix spécial du jury au Festival international du film de Locarno pour Le Voleur de bicyclette (Ladri di biciclette)
  • 1951 : Grand prix au Festival de Cannes pour Miracle à Milan (Miracolo a Milano)
  • 1951 : Bodil du meilleur film européen pour Le Voleur de bicyclette (Ladri di biciclette)
  • 1951 : Kinema Junpo Award (prix annuel des medias japonais) du meilleur film de langue étrangère pour Le Voleur de bicyclette (Ladri di biciclette)
  • 1955 : Bodil du meilleur film européen pour Umberto D.
  • 1956 : Prix de la critique au Festival de Cannes pour la réalisation du film Le Toit (Il Tetto)
  • 1956 : David di Donatello d'interprétation pour Pain, amour, ainsi soit-il (Pane, amore e...)
  • 1957 : Jussi Award (Prix de l'industrie cinématographique finlandaise) du meilleur réalisateur étranger pour Umberto D.
  • 1962 : Blue Ribbon Award (Prix de la critique japonaise) du meilleur film de langue étrangère pour La Paysanne aux pieds nus (La Ciociara)
  • 1971 : au Festival de Berlin
    • Ours d'or du meilleur film pour Le Jardin des Finzi-Contini
    • Otto Dibelius Interfilm Award pour Le Jardin des Finzi-Contini
  • 1973 : David di Donatello européen pour la réalisation de Brèves rencontres (Una breve vacanza)
Reproduction possible des textes sans altération, ni usage commercial avec mention de l'origine. .88x31.png Credit auteur : Ann.Ledoux